Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Toamasina : le GMT mis en place

Toamasina : le GMT mis en place

L’association « Gasy masimandidy amin’ny taniny » (GMT) rassemblera désormais tous les victimes  de problèmes socio-économiques à Toamasina où s’est tenue l’assemblée constitutive, d’après les explications de son président fondateur Henri Rakotomalala  dit Riri Be qui envisage des extensions dans les autres régions.

Le GMT priorise la résolution des différents conflits minant la société au moyen du dialogue. Les notables et autorités de Toamasina ont assisté à cette première réunion de l’association pour participer à la concertation sur les moyens d’aplanir les différends dont sont victimes les citoyens. La ville  de Toamasina est particulièrement confrontée aux problèmes liés aux litiges fonciers et la violation des droits des travailleurs du secteur privé.

Le bureau national du GMT déplore pourtant la réactivité instinctive des détracteurs du mouvement qui ont tenté de le neutraliser dès sa constitution. Plusieurs associations de Toamasina ont été financées pour organiser  des banquets dans plusieurs fokontany, en parallèle avec l’assemblée constitutive du GMT  pour détourner l’attention de la population mais n’ont pu l’empêcher d’émerger, selon son fondateur. Des adversaires du mouvement sont même allés jusqu’à soudoyer des journalistes de la presse locale de retirer l’article relatant la création du GMT de leur publication, a dénoncé hier le président Henri Rakotomalala. Le GMT interpelle les hautes instances de l’Etat à prendre leurs responsabilités pour  un assainissement total des secteurs public et privé dans la ville de Toamasina où les complicités de corruption à tous les niveaux dégradent fortement la vie sociale.

Les leaders de l’association GMT ont précisé qu’en soutenant ce régime, ils ont pris cette initiative pour mettre à nu les magouilles qui risquent d’induire en erreur certains hauts dignitaires.

Manou

Les commentaires sont fermées.