Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Emeutes à Maroantsetra : le Tribunal incendié, un greffier blessé

Emeutes à Maroantsetra : le Tribunal incendié, un greffier blessé

La ville de Maroantsetra a été à feu et à sang, hier, en contestation de la condamnation du groupe d’individus accusé du meurtre de Rasiramamy suite à la vindicte populaire dans la nuit du 31 novembre 2014.

Le Tribunal de Maroantsetra où s’est tenu le procès a été incendié ainsi que le véhicule du Procureur de la République local. Un greffier du Tribunal a dû être hospitalisé suite à ses blessures. Le fils du Procureur a aussi été blessé ainsi qu’un gendarme, selon nos sources qui ont révélé que des dossiers ont été calcinés. Les manifestants ont exigé en outre la relaxation immédiate et sans condition des accusés.

Les coups de feu ont résonné dans toute la ville de Maroantsetra, hier, puisque les forces de l’ordre ont dû tirer en l’air pour disperser ces manifestants qui se sentaient outrés par la situation endurée par les accusés. Ils ont d’ailleurs fait endosser la responsabilité de leurs actions à la justice en inculpant ces victimes des malfaiteurs. Rasiramamy et Rapapany ont été pris par le fokonolona le 31 novembre 2014 mais son compère a pu échapper, l’abandonnant à son sort. Récidivistes notoires connus de la population, ces deux voleurs de bœuf ne restent jamais longtemps en prison pour purger leur peine. Ils se font toujours libérer de différentes façons, ont témoigné des membres du fokonolona qui, excédés par la situation ont décidé d’en finir avec eux en procédant au lynchage.

La justice n’a remis cette affaire sur le tapis qu’après le défi lancé par le Procureur  Nicolas Stephan Velondrazana d’éradiquer la justice populaire lors de son installation à Maroantsetra au mois de juin 2015.

Manou

Une réponse à "Emeutes à Maroantsetra : le Tribunal incendié, un greffier blessé"

  1. Abdoul Kafard  04/03/2016 à 13:52

    Allez y continuer

Les commentaires sont fermées.