Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Ravelonarivo : «Je ne suis ni mêlé de près, ni de loin»

Ravelonarivo : «Je ne suis ni mêlé de près, ni de loin»

Le Premier ministre n’y est pas allé avec le dos de la cuillère à propos de son récent déplacement à l’extérieur. Il s’est aussi prononcé sur l’affaire des bois de rose, retenus à Singapour.

«Nous ne cessons de lutter contre ce trafic (de bois de rose, ndlr). Depuis l’année dernière, de novembre à décembre, je peux vous certifier qu’il n’y en a jamais eu. Comme je l’ai dit l’autre jour, ce n’est plus tolérable. On n’a jamais donné et ne donnons jamais d’autorisation allant dans ce sens».  Cette déclaration est du locataire de Mahazoarivo, le général Jean Ravelonarivo, lors d’une conférence de presse à son bureau, hier, à son retour de voyage d’Europe. Et d’annoncer haut et fort que «Je ne suis ni mêlé de près, ni de loin au trafic illicite. Autant dire que Ravelonarivo prend à bras-le-corps l’exploitation illicite en matière de ressources naturelles. Le Premier ministre a tenu à apporter de plus amples explications à propos de ce déplacement qui a fait couler beaucoup d’encre dans le monde de la presse, ces temps-ci.

Questionné par les confrères à propos du trafic de bois de rose dans une partie de l’île, qui reste un sujet épineux, le Premier ministre ne s’est pas défilé en soutenant que ce fléau connaît, ces derniers temps, un net arrêt. Pour ce qui le concerne, le chef du gouvernement a martelé qu’il n’a jamais et ne sera jamais impliqué dans ce trafic. Il a d’ailleurs assimilé les personnes qui continuent de piller les ressources naturelles à des ennemis de la nation. Pour ce qui est du procès sur le trafic à Singapour, le Premier ministre d’indiquer que cela a été intenté après l’intervention de la partie malgache. «C’est grâce à notre intervention que cette affaire est remise sur le tapis (…).  C’est un gros travail qui n’est pas facile. C’est le résultat de notre effort», a-t-il déclaré, hier.

En quête de partenaires

S’agissant de son déplacement, qui a fait l’objet d’analyses et de diverses interprétations, le Chef du gouvernement a soutenu qu’il a consisté en des rencontres professionnelles avec des personnalités du monde économique et social. Le communiqué de la Primature note, entre autres le groupe Dangote, General Electric, Worms Holding, Taylor DeJongh, Enjaz Power Holding et la Fondation «France liberté Danielle Mitterand». «Une future implantation à Madagascar a été abordée lors de la rencontre entre le Chef du gouvernement et Serigne Mbacké, Directeur général de Dangote Sénégal», détaille la Primature. A ce titre, cette personnalité sera en déplacement dans la Grande île, le 7 mars prochain pour préparer le passage à Madagascar du Président-Directeur général du Groupe Dangote. Selon les explications fournies, ce groupe figure en effet parmi les plus puissants d’Afrique, et opère dans différentes chaînes industrielles telles que le ciment, le sucre, le pétrole ou encore l’exploitation minière.

Par ailleurs, avec la Fondation «France Liberté Danielle Mitterand», l’adduction d’eau potable dans la partie Sud de Madagascar figure parmi les principaux chantiers évoqués lors de la rencontre entre le Premier ministre et Gilbert Mitterrand, actuel Président de la fondation. «Ce déplacement à fortes dimensions économique et sociale soutient les initiatives et l’engagement du gouvernement dans la recherche de solutions durables et concrètes en faveur des secteurs les plus fragiles de la Grande île. Les représentants de ces investisseurs viendront prochainement à Madagascar, pour discuter des modalités de mise en œuvre de ces différents projets avec les techniciens et ministères concernés, avant la matérialisation des engagements de partenariat», note la Primature.

J.P.

Les commentaires sont fermées.