Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

CCI-A : protéger et valoriser le patrimoine

CCI-A : protéger et valoriser le patrimoine

Noro Andriamamonjiarison succède à Jean-Martin Rakotozafy à la présidence de la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCI-A). Elle s’est engagée à « protéger et valoriser » le patrimoine de la Chambre, et ce outre la nécessité d’assurer son fonctionnement.

Le patrimoine de la CCI-A, particulièrement les biens immobiliers, n’est pas des moindres dans la Capitale dans la mesure où elle possède des propriétés qui ont autant de valeur les unes que les autres, pour ne citer que le terrain sur lequel est bâti le Magro à Ankorondrano. Pour les dirigeants de la CCI-A, la décision de justice concernant ce terrain à Ankorondrano n’est plus à remettre en cause.

Comme l’a expliqué en outre Noro Andriamamonjiarison, nouvelle présidente de la CCI-A, lors de sa passation de service avec Jean-Martin Rakotozafy, hier, nombre de propriétés de la CCI-A doivent être mises en valeur étant donné que ce sont ses principales sources de recettes. Et il n’y a pas que le Magro d’Ankorondrano. Un terrain appartenant à la CCI-A se trouve aussi en face de celui-ci. Or certaines personnes se réclament aujourd’hui en être les propriétaires, et ce depuis 1999. Un autre terrain situé près de la Logistique pétrolière reste également à récupérer. Par ailleurs, le terrain sur lequel est bâti l’immeuble Fitaratra, toujours en face du Magro Ankorondrano, a été mis à la disposition d’un opérateur local depuis 1990 à seulement 240 millions d’ariary (1,2 milliards de fmg) pour un contrat de bail de 100 ans.

« Ce qui me chagrine, c’est de ne pas avoir pu protéger et valoriser le patrimoine de la Chambre (…). J’espère toutefois que mes collaborateurs ne ménageront pas leurs efforts dans ce sens dans la mesure où la CCI-A possède également des ressources humaines qualifiées », a évoqué pour sa part Jean-Martin Rakotozafy, aujourd’hui sénateur de Madagascar. En tout cas, Noro Andriamamonjiarison, avec son équipe, a promis de faire siennes la protection et la valorisation de ces biens. Elle a tenu à préciser que « la CCI-A a d’ores et déjà élaboré des projets et cherche des partenariats avec des opérateurs locaux, à l’exemple des Magasins généraux à Antanimena ».

Poursuivre les efforts déjà entrepris

Pour Jean-Martin Rakotozafy , « Ces six années de service ont vu se concrétiser nombre d’initiatives ; des efforts qui, effectivement, ont permis à la CCI-A d’être à la place où elle est aujourd’hui, et surtout ont conduit à la mise en place de la Fédération des Chambres de commerce et d’industrie, dont nous pouvons être fiers ».

Première femme à être élue à la tête de la CCI-A, Noro Andriamamonjiarison n’est plus une inconnue dans le secteur privé puisqu’elle est l’actuelle présidente du Groupement des entreprises de Madagascar (Gem)… Lors de l’élection qui s’est tenue le 18 février dernier et au cours de laquelle le bureau de la CCI-A a renouvelé son équipe dirigeante, elle a été élue à l’unanimité par les onze membres votants du bureau. Ont également été élus membres du bureau, Rocquie Rabemanantsoa, vice-présidente pour le Collège Commerce, Fanja Razakaboana en tant que vice-présidente pour le Collège Industrie, et Herintsalama Rajaonarivelo, vice-président pour le Collège Service.

Cette nouvelle équipe aura pour principale tâche d’assurer le fonctionnement de la CCI-A jusqu’aux prochaines élections, prévues dans le courant de cette année, selon un responsable au sein du ministère du Commerce et de la consommation chargé de les organiser. Et Noro Andriamamonjiarison a tenu à assurer qu’elle et son équipe ne manqueront pas de poursuivre les efforts déjà entrepris par leurs prédécesseurs, même s’ils ne sont là que pour un délai déterminé.

Arh.

Les commentaires sont fermées.