Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

kidnapping à Toamasina : fin de cavale pour Stéphanie

kidnapping à Toamasina : fin de cavale pour Stéphanie

Après avoir joué au chat et à la souris avec les forces de l’ordre pendant plusieurs mois, la tristement célèbre Stéphanie Roger Lala, cerveau présumé du tout récent kidnapping à Toamasina, vient d’être arrêtée par la police.

Ni plus ni moins qu’une main de fer dans un gant de velours. Ayant fait l’objet d’un avis de recherche, cette présumée tête pensante de l’enlèvement d’Arnaud et de sa sœur Annie est tombée, hier, dans le rets de la police. L’inspecteur général de police Blaise Richard Randimbisoa, ministre de la Sécurité publique, a confirmé que Stéphanie Roger Lala est bel et bien arrêtée. «Contrairement aux allégations, selon lesquelles l’enquête piétine, je peux affirmer que les investigations avancent. Il faut savoir que Stéphanie est un élément principal du puzzle. Nous n’avons pas lesiné sur les moyens pour la traque qui a mobilisé l’Unité spéciale d’intervention, l’une des unité d’élites de la police. Certes, c’est une femme mais, comme on dit, prudence est mère de sûreté. On n’est jamais trop prudent. Mais finalement, elle a été retrouvée », a indiqué le ministre.

Selon ses explications, Stéphanie Roger Lala a été appréhendée dans une maison sise à Manjakaray où elle s’est terrée. « Nous avons agi sur la base d’un renseignement. Je dois préciser que nous avons intensifié la collecte d’informations. Nos efforts ont fini par payer. Après avoir localisé sa cachette, nous avons dépêché sur place des éléments, elle a été arrêtée sans anicroche», a poursuivi l’inspecteur général de police Blaise Richard Randimbisoa.

Des têtes vont tomber

Sitôt interpellée, la suspecte a été transférée à la Brigade criminelle (BC) à Anosy pour les besoins de l’enquête. Notons au passage que les limiers de la BC ont reçu une délégation judiciaire leur permettant de poursuivre l’enquête. Après l’arrestation de la fugitive qui est la pièce maîtresse de cette affaire, plusieurs têtes vont assurément tomber, en premier lieu celui ou celle qui l’avait hébergée, le recel de malfaiteurs étant un crime reprimé par la loi. Viendront ensuite ceux qui avaient conconcté le coup avec elle. Il importe aussi de préciser qu’à un moment donné, Stéphanie Roger Lala, impliquée dans une autre affaire, a été placée en détention préventive à Antanimora mais elle a bénéficié d’une liberté provisoire.

Mparany

Les commentaires sont fermées.