Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Infection au VIH : 3 nouveaux cas par mois dans la capitale

Infection au VIH : 3 nouveaux cas par mois dans la capitale

Le dépistage fait partie des stratégies de réponse à mettre en œuvre pour renforcer la lutte contre le VIH/ sida.

Les actions de dépistage du VIH/sida se multiplient dans les centres de santé répartis dans toute l’île. Le centre de dépistage du Bureau municipal d’hygiène (BMH) sis à Isotry est déjà à pied d’œuvre depuis 2003, en collaboration avec les organisations de la société civile (Osc) et les associations membres du réseau Mad’Aids, entre autres la Fifafi, le Sisal, Ny Ampitso ou encore Allo Fanantenana… D’après le représentant de la Direction de la santé et des affaires sociales auprès de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA), lors de la rencontre avec le Directeur pays de l’Onusida pour le compte de Madagascar, des Comores, des Seychelles et de Djibouti, Salvator Niyonzima, hier à Isotry, près de 350 personnes par mois se font dépister au centre de dépistage d’Isotry parmi lesquelles trois nouveaux cas sont identifiés, soit en moyenne 36 cas d’infection au VIH par an.

Pour dire que l’infection au VIH constitue une menace pour la santé de toutes les catégories de la population tant en milieu rural qu’urbain. D’où la nécessité de renforcer les actions de dépistage en encourageant tout un chacun à connaître son statut sérologique afin d’éviter d’éventuelles contaminations. En 2015, près de 265.020 personnes ont été dépistées du VIH dans toute l’île. «Madagascar a fixé comme objectif qu’aucun nouveau cas d’infection, de décès ou de victime de discrimination ne sera plus déclaré d’ici 2017», a annoncé le secrétaire exécutif du Comité national de lutte contre le sida (CNLS), Harivelo Rijasoa Andrianiaina. L’Onusida estime le taux national de prévalence à 0,4%.

Le sida ne sera plus une menace en 2030

Le nombre de personnes vivant avec le VIH (PVVIH) prises en charge est de 1.697 dont 1.234 (72%), sont sous traitement antirétroviraux (ARV). Les comportements à risque favorisent la transmission du virus comme les relations sexuelles entre les hommes avec un taux de prévalence du VIH de 14,8%, suivis de la consommation de drogue injectable (7,1%) et de la prostitution (1,3%), sans oublier le multi-partenariat sexuel, ou encore la non-utilisation de préservatif.

Face à cette situation, la rencontre d’hier a ainsi été une occasion pour le réseau Ravane de l’océan Indien, présidé par Isabelle Marie, de lancer un appel à une prise de conscience pour arriver à zéro nouvelle infection, discrimination ou décès lié au sida. L’objectif est de mettre fin au sida comme menace de santé publique d’ici 2030, et ce en marge du 15è colloque sur le VIH/sida-hépatites qui se déroulera à Madagascar en septembre prochain. C’est un grand rendez-vous d’échange et de partage d’expériences des bonnes pratiques entre les acteurs de réponse au VIH dans les îles de l’océan Indien, conformément aux recommandations du dernier colloque aux Seychelles en octobre 2015.

Noro Niaina

Les commentaires sont fermées.