Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : créer la confusion pour mieux trahir la cause

Grande confusion en Syrie autour des bombardements. A croire que chacun règle ses comptes en profitant de la justification reconnue et adoptée par tous, combattre Daesh. Turcs, Russes, Etatsuniens, s’accusent mutuellement d’entreprendre des opérations caractérisées de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité. Qualifications à minima pour dénoncer des bombardements prenant des hôpitaux pour cibles. Les plus suspectés responsables de ces odieuses entreprises s’en vont jusqu’à saisir le Conseil de Sécurité des Nations-Unies.

Quel esprit égocentrique que celui de ceux qui réduisent cette situation à vouloir y comparer le feuilleton dramatique qui déchire le parti Leader Fanilo, une tragédie qui a pris fin par l’exclusion de ceux qui ont trahi l’esprit et la lettre des fondations de ce parti.

Et pourtant à bien y regarder, on est conduit à reconnaitre que le prétexte d’accuser de rage le chien que l’on veut tuer constitue un schéma invariable qui réunit bon nombre d’actes autant honteux que condamnables.

Dans cette confusion au sein du Leader Fanilo, il est toutefois des faits et réalités qui donnent un éclairage. A chaque élection, les appétits se réveillent, et certains de ceux qui se prétendent  gardiens du temple n’échappent pas à ce genre de démangeaison. Déçus de ne pas être retenus comme les meilleurs candidats, ils expriment une frustration en s’attaquant aux instances dirigeantes sans se soucier de la misère de leurs initiatives qui traînent le parti dans la boue. Il est arrivé à certains de soutenir des candidats concurrents de ceux que le parti a décidé officiellement de soutenir. Lors de quelques élections, des petits groupes de cette sensibilité sont allés jusqu’à présenter des candidats contre ceux adoubés pour porter les couleurs du Leader Fanilo. Même sans devoir se poser la question,

« où se situe la traitrise » on trouve la réponse dans les résultats. Un camp regroupe des élus à tous les échelons, nationaux ou locaux, l’autre ne peut se targuer de l’adhésion même d’un seul élu à la fronde qu’il fomente. Les plus fidèles pour maintenir une vitalité du parti sont ceux qui font avancer les pions sur l’échiquier politique. Les grognards combattent dans des batailles qui piègent le parti, et obtiennent la ou des faveurs de ceux qu’une vitalité du Leader-Fanilo pourrait gêner.

Léo Raz

Les commentaires sont fermées.