Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Délivrance d’acte d’état civil  : grogne des contribuables au 1er arrondissement

Délivrance d’acte d’état civil  : grogne des contribuables au 1er arrondissement

Les contribuables déplorent l’organisation actuelle de la délivrance d’acte d’état civil auprès des mairies et particulièrement au 1er arrondissement de la capitale. D’après eux, il faut patienter dans trois longues files d’attente différentes avant d’obtenir son ticket final d’enregistrement. En effet, il faut faire la queue une première fois pour le remplissage de la demande de délivrance, une deuxième fois pour l’enregistrement de cette demande, et une troisième fois pour le paiement des droits. « Il faut donc au moins trois heures de temps avant de s’acquitter de cette lourdeur administrative », a témoigné hier une contribuable. Selon ses dires, «J’étais arrivée ici aux environs de 7h, mais ceux qui sont arrivés avant moi affirment être là depuis 6h». Ainsi, elle n’a pu quitter les lieux que vers 10h, pour revenir le surlendemain.

En effet, le comble est que l’acte d’état civil n’est pas délivré le jour même. Il faut revenir le surlendemain pour l’obtenir et là, re-bonjour la longue file d’attente. De plus, aucun enregistrement n’est plus accepté à partir de 9h. La remise de ticket ne s’effectue qu’entre 8 et 9h seulement. Une fois ce délai dépassé, on n’a qu’à revenir le lendemain. Et comme si cela ne suffisait pas, chaque type d’acte d’état civil a son jour de délivrance. Par exemple, l’acte de mariage n’est délivré que le mercredi. Or, aucun affichage informant de cette organisation n’est visible sur les lieux. L’intéressé rentre bredouille, s’il a la malchance d’arriver un jour qui ne correspond pas à celui de la délivrance de son document administratif.

«Et comme une telle situation est toujours propice à toute manœuvre de corruption, des offres allant de 2 000 à 5 000 ariary, selon le type d’acte d’état civil, nous ont été proposées pour l’obtenir dans l’après-midi, voire même avant selon l’importance du montant avancé», a témoigné un contribuable en train d’attendre sagement son tour.

Sera R.

Les commentaires sont fermées.