Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Circulation sur les Rn4 et Rn6 : retour à la normale

Circulation sur les Rn4 et Rn6 : retour à la normale

La circulation est rétablie sur l’ensemble des routes nationales, particulièrement sur les RN4 et RN6. Des ponts Mabey ont été installés sur ces axes en attendant les grands travaux de réhabilitation qui devraient commencer d’ici la fin du mois.

L’Office des travaux d’urgence (Otu) au sein du ministère des Travaux publics (MTP) a achevé le 8 février dernier les travaux de réhabilitation sur les RN4 et RN6. Outre les réparations d’urgence sur la RN4, deux ponts Mabey (la plus récente évolution du pont Bailey) ont été installés sur la RN6 : un de 9 m au PK337 à Befotaka-Antsohihy et un autre de 18 m au PK515 à Ambilobe. «Ce ne sont encore que des solutions provisoires pour rétablir la circulation. Les grands travaux de réhabilitation vont commencer dans une quinzaine de jours», a affirmé hier Roland Ratsiraka, ministre des Travaux publics.

«Les travaux afférents aux ouvrages définitifs sur ces deux axes nécessitent près de 1,5 million d’euros, un budget qui sera prélevé sur les aides financières que l’Union européenne avait débloquées l’année dernière pour la réparation des infrastructures suite aux dégâts climatiques, dans le cadre du 11è Fonds européen de développement (Fed). Et ce, outre les ressources propres du ministère, étant donné que les fonds nécessaires pour les travaux demeurent toujours insuffisants», a fait savoir Roland Ratsiraka.

«L’Etat doit aujourd’hui 60 millions d’ariary au Fonds d’entretien routier (Fer). Les compagnies pétrolières n’effectuent non plus aucun versement du fait qu’elles aussi, à leur tour, n’ont plus été payées par l’Etat. Nous espérons toutefois que cette année les versements effectués par les compagnies pétrolières aillent directement dans les caisses du Fer et non plus au niveau du Trésor public», a-t-il expliqué.

D’autres menaces de coupure

Quoi qu’il en soit, les grands travaux de réhabilitation et de construction sur l’ensemble des routes nationales sont une autre paire de manches.

De leur côté, les techniciens du ministère relèvent encore au moins cinq points de menace de coupure sur la RN4 et 14 autres sur la RN6. Toujours sur la nationale 6, cinq radiers parmi les 13 existants risquent d’être submergés en cas de fortes pluies.

Roland Ratsiraka a tenu à préciser que la dégradation de certains axes ne relève pas à proprement parler des problèmes d’entretien. «Il n’y a pas que les aléas climatiques qui détruisent nos routes mais surtout le vandalisme et l’incivisme de certains», a-t-il déploré. Les vols de buses métalliques sont de plus en plus fréquents et c’est ce qui a causé, entre autres, l’affaissement et même l’effondrement de certaines portions de chaussée sur la RN6. Le ministre réitère ainsi son appel aux autorités civiles et militaires à prendre des mesures pour la sécurisation des infrastructures routières et mettre fin à ces pratiques indécentes qui constituent des dangers potentiels pour les usagers.

Arh.

Les commentaires sont fermées.