Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Union Européenne : « Plusieurs défis restent à relever »

Union Européenne : « Plusieurs défis restent à relever »

Des défis restent à relever pour le gouvernement malgache en termes de développement, constate l’Union européenne (UE). L’ambassadeur de l’UE, Antonio Sanchez Benedito a mis l’accent sur la fragilité budgétaire et la bonne gouvernance dans le pays.

Le dialogue politique entre les bailleurs de fonds et l’Etat se poursuit. A ce sujet, l’Union européenne s’est entretenue avec les membres du gouvernement, hier à la résidence du Royaume-Uni à Ivandry. Plusieurs sujets ont été abordés à cette occasion, dont les différents programmes à mettre en œuvre dans le cadre du 11è Fonds européen de développement (Fed), et l’amélioration du climat des affaires à Madagascar.

«On a pu constater une volonté d’aller de l’avant de la part du gouvernement. Toutefois, plusieurs défis restent à relever. Cette rencontre a également été une opportunité pour discuter des raisons pour lesquelles l’Union européenne n’a pas déboursé la totalité de la deuxième tranche de l’aide budgétaire 2014-2015 au mois de décembre dernier», a fait savoir Antonio Sanchez Benedito. Ces fonds ne sont pas perdus pour Madagascar, car ils sont toujours prévus dans l’enveloppe du 11è Fed, a toutefois rassuré le premier responsable de l’UE dans le pays.

«On a retenu quelques engagements qui n’ont pas été honorés complètement, comme la mise en place de la Haute cour de justice en raison du retard des processus électoraux. Le gouvernement a respecté une grande partie de ses engagements, mais malheureusement pas à 100%. Or, il faut un engagement ferme pour débourser les aides budgétaires. Ce qui a fait que 11.5 millions d’euros ont été décaissés au lieu des 13 millions d’euros prévus dans la deuxième tranche des aides budgétaires 2014-2015», a-t-il réitéré.

Amélioration du climat des affaires

Par ailleurs, l’amélioration du climat des affaires qui peine à être effective après les longues années de crise, a également au centre des discussions lors de cette rencontre entre les deux parties. A ce propos, l’ambassadeur de l’Union européenne a avancé que «l’Union européenne veillera à la stabilité macroéconomique dans le pays et nous poursuivons la table ronde économique entre le gouvernement et les membres du secteur privé. Nous suivons également de près les discussions entre Madagascar et le Fonds monétaire international (FMI) concernant l’octroi de la facilité de crédit rapide».

Les priorités sont encore nombreuses pour le redressement du pays, estime l’ambassadeur de l’UE. Cela nécessite une réelle volonté de la part de l’Etat malgache.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.