Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

L’assainissement de la filière bois de rose, très attendus

L’assainissement de la filière bois de rose, très attendus

L’assainissement de la filière bois de rose a été au centre du dialogue politique qui a eu lieu entre le gouvernement malgache et l’Union européenne (UE), hier à la résidence de l’ambassadeur britannique à Alarobia. Selon les explications fournies par l’ambassadeur de l’UE, Antonio Sanchez-Benedito, «nous suivons de près les actions de l’Etat malgache face aux exigences de la Cites de faire l’inventaire des stocks de bois de rose et d’arrêter l’exportation illégale des rondins d’ici septembre».

Malgré les progrès réalisés, entre autres, la finalisation du décompte des stocks de bois de rose annoncée mardi dernier par le ministre de l’Environnement, de l’écologie de la mer et des forêts, Beboarimisa Ralava, Madagascar doit encore déployer des efforts notamment dans l’application des sanctions à l’encontre des auteurs de trafics.

«Les lois sur le trafic de bois de rose existent mais leur application n’est pas encore effective. La lutte contre la corruption et l’instauration de la bonne gouvernance constituent les grandes batailles à livrer par Madagascar en vue d’obtenir de bons résultats», a poursuivi l’ambassadeur de l’UE.

Quoi qu’il en soit, l’assainissement de la filière bois de rose suit son cours et le ministère de l’Environnement se demène pour redorer l’image de la Grande île avant la présentation du rapport des réalisations à la Cites, le 25 juillet prochain.

Outre le comptage des stocks de rondins, le département ministériel a initié la campagne de reboisement de jeunes plants de bois de rose dont le lancement a eu lieu dans les régions Atsinanana et Analanjirofo, deux zones où l’exploitation illicite de l’essence bat son plein, touchant même les parcs nationaux de Masoala et de Mananara-Nord.

D’après le Premier ministre, le général Jean Ravelonarivo, qui a dirigé quelques membres du gouvernement lors du dialogue politique, «la lutte contre le trafic de bois de rose continue et l’heure est à l’application des lois y afférentes». De ce fait, l’Union européenne s’engage à apporter son appui en espérant des résultats en faveur de la protection des richesses naturelles malgaches.

Noro Niaina

Les commentaires sont fermées.