Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Honoré Rakotomanana à la tête du Sénat : «Je suis toujours Ratsirakiste»

Honoré Rakotomanana à la tête du Sénat : «Je suis toujours Ratsirakiste»

Sans surprise, le juriste Honoré Rakotomanana a été élu président du Sénat par ses pairs, hier. La Chambre haute a également procédé à l’élection des membres du bureau permanent. Une seule sénatrice a manqué à l’appel.

Soixante sénateurs ont voté pour le professeur Honoré Rakotomanana à la tête du Sénat, contre deux qui ont fait un vote blanc. Les résultats ne sont pourtant pas surprenants étant donné que le juriste était le seul candidat en lice à ce poste. Cela d’autant plus qu’il a été proposé par le parti HVM. Il s’agit donc du deuxième mandat pour Honoré Rakotomanana. Pour rappel, Honoré Rakotomanana a déjà été président du Sénat de la troisième République entre 2001 et 2002. Déterminé dans sa nouvelle fonction, le juriste a fait savoir que les sénateurs auront une obligation de résultats et non pas seulement de moyens.

Propulsé quasiment à l’unanimité à la tête du Sénat, le professeur Honoré Rakotomanana a d’emblée tenu à rassurer ses frères d’armes en politique. En effet, cet expert en droit constitutionnel a été le seul candidat à la présidence du Sénat désigné par le parti au pouvoir. « Je suis toujours Ratsirakiste », a-t-il répondu à la question des journalistes de savoir s’il est actuellement devenu HVM.

Honoré Rakotomanana pousse plus loin les explications en avançant qu’il reste le conseiller éminent de l’Amiral même s’il n’est plus un membre actif du parti Arema. «  Le président Didier Ratsiraka fait appel à ma personne pour lui prodiguer des conseils », a-t-il confié. En tant que huitième président de la Chambre haute, une rude mission attend le nouvel élu. « Il existe beaucoup de lois à Madagascar mais la majorité d’entre elles ne sont pas appliquées. Les deux chambres du parlement collaboreront ensemble et adopteront le système de navette en ce qui concerne l’adoption des avant-projets de loi ».

Honoré Rakotomanana a également averti les sénateurs qu’ils seront soumis à une obligation de résultats et non de moyens. En tant que représentants des collectivités territoriales décentralisées et des organisations économiques et sociales, « nous nous devons d’être aux côtés de la population et de contribuer à son éducation ».

Le nouveau président du Sénat promet cependant que la culture de la démocratie institutionnelle sera instaurée au sein de cette Chambre haute et l’opinion de chaque sénateur sera prise en compte « pour que le Sénat soit une institution modèle ».

Le bureau permanent en place

En tout cas, hier, la Chambre haute a également procédé à l’élection des membres du bureau permanent. Une seule sénatrice a manqué à l’appel, hier au palais de Verre à Anosikely, il s’agit de Lantosoa Razafimahaleo, sénatrice désignée par le chef de l’Etat. La séance d’hier a ainsi été présidée par le benjamin des sénateurs, Rina Andriamandavy VII et le doyen qui n’est autre qu’Honoré Rakotomanana. Mais en tant que candidat à l’élection, ce dernier a dû être remplacé par le sénateur élu à Toliara, Roger Kolo.

Comme les sénateurs ont maintenu le règlement intérieur de 2008 le temps du vote, les nouveaux élus ont pu procéder à l’élection des autres membres du bureau permanent dans l’après-midi. Cependant, ces derniers procèderont à l’élaboration d’un nouveau règlement intérieur ce jour, le comité ad hoc étant déjà en place. L’ancien Premier ministre Roger Kolo est élu premier vice-président du Sénat avec 59 voix. Le poste de deuxième vice-président revient à l’ancien chef de région d’Analanjirofo, Benoît Malo. La place du questeur revient à l’opérateur économique Mohamed Mourad Abdirassoul, tandis que l’ancien CST Bruno Betiana devient le rapporteur général de la Chambre haute, en tant que seul candidat.

La première session ordinaire du Sénat se tiendra ainsi au mois de mai prochain, jumelée avec celle de l’Assemblée nationale.

Tahina Navalona/Nadia

Les commentaires sont fermées.