Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Rapport sur les sénatoriales : la Ceni reconnaît des imperfections

Rapport sur les sénatoriales : la Ceni reconnaît des imperfections

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a reconnu avoir commis quelques erreurs lors des élections sénatoriales. Des erreurs qui auraient pourtant pu être évitées.

La Ceni a avoué avoir fait des erreurs lors des sénatoriales, lesquelles pourtant auraient pu être évitées. «Il est vrai que ce rapport se présente en quelque sorte comme une autocritique, mais il faut noter qu’aucune élection n’est parfaite», a lancé le président de la Ceni, Hery Rakotomanana, hier à Alarobia au cours de la séance de présentation du rapport sur les sénatoriales. D’après lui, les erreurs ne sont pas une fatalité, au contraire, «Il y a toujours une leçon à prendre». Cependant, ces erreurs auraient pu être évitées si certains points avaient été respectés. Des points que la Ceni estime être des recommandations pour les prochaines élections. «Pour les élections futures, il est primordial qu’elles se tiennent en saison sèche car il est difficile d’organiser des scrutins en pleine période de pluies», a indiqué le numéro un de la commission, qui prit en exemple

l’acheminement des résultats. L’expérience des sénatoriales n’est donc plus à rééditer.

Autre point soulevé, la précision des textes électoraux. «Les textes ne sont pas clairs concernant le marquage des bulletins de vote», a fait savoir Hery Rakotomanana, cela pour ne citer que les incidents survenus à Toliara. D’après lui, les textes devraient préciser que le cochage des bulletins uniques devrait être uniforme pour que les électeurs ne puissent pas inscrire ce que bon leur semble. Une situation qui a d’ailleurs créé la polémique par la suite.

En prévision des élections futures

Toutes ces recommandations seront ainsi prises en compte durant les prochaines élections, en l’occurrence les régionales et les provinciales. Des élections que la Ceni tient à mettre au point. «Il n’appartient pas à la Ceni de définir la date de tenue des élections», a expliqué le patron de la commission. En effet, «cette décision appartient au gouvernement et ce n’est que lorsque ce dernier l’approuve que la Ceni pourra proposer un chronogramme», a-t-il ajouté. Cela pour taire les rumeurs selon lesquelles les deux parties se renvoient la balle concernant la date de tenue des régionales et des provinciales.

Dans tous les cas, la Ceni se tient prête à tout moment, particulièrement au niveau des précautions à prendre pour prévenir les fraudes. Des dispositions que la commission a déjà prises avec l’utilisation des procès-verbaux autocollants, la mise en place des Sections de recensement des matériels de vote (SRMV) et l’utilisation de la technologie de pointe. Sur ce dernier point, la Ceni bénéficie cette année de l’appui de la Corée du Sud et du Japon, qui dépêcheront dans le pays des experts en technologie.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.