Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Fraudes électorales : le MMM attend des sanctions

Le rapport de la Ceni est considéré comme tardif par certains partis politiques, à l’instar du MMM.

C’est le cas de Laurent Ramarosaona du MMM qui s’est d’ailleurs demandé pourquoi la Ceni a-t-elle persisté à organiser les élections en période de pluies alors qu’ elle était en connaissance de cause. Ce dernier attend ainsi les décisions de la Ceni concernant les fraudes constatées lors des sénatoriales, particulièrement au niveau des mesures à prendre et les sanctions à l’encontre des personnes soupçonnées de fraude. « Jusqu’à présent, la Ceni n’a entamé aucune procédure », a-t-il déploré.

Les candidats ont bien fait le premier pas, mais en vain.

« Les requérants se sont donné beaucoup de peine pour constituer les dossiers de requêtes auprès de la Haute cour constitutionnelle mairs force est de constater qu’elles sont toutes rejetées et déclarées irrecevables », a expliqué Laurent Ramarosaona.

La Haute cour constitutionnelle (HCC) vient d’ailleurs de déclarer irrecevable la requête du parti, en annulation des élections sénatoriales du 29 décembre dernier. Cela pour la simple et bonne raison que le requérant, une personne morale, représenté par le mandataire Harilala Andriniaina Ratavilahy, n’a pas qualité à agir en matière électorale. En effet, l’article 132 du code électoral stipule que

« Le droit de contester une élection appartient restrictivement à toute personne inscrite sur la liste électorale et ayant participé au vote, à chaque candidat ou à son délégué ou à son mandataire dans toute ou partie de la circonscription concernée par sa candidature, à tout observateur national ; qu’il résulte par ailleurs de ce texte qu’est irrecevable une contestation présentée au nom d’un parti politique alors même que la personne qui agit au nom de ce parti ou groupement est, soit inscrite sur les listes électorales, soit candidate dans la circonscription où a eu lieu l’élection contestée ». Une situation qui ne ravit pas le MMM.

T.N.

Les commentaires sont fermées.