Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Augmentation des prix de la viande :  une situation normale, d’après Anthelme Ramparany

Augmentation des prix de la viande :  une situation normale, d’après Anthelme Ramparany

La flambée générale des prix de la viande, notamment ceux des viandes de zébu et de porc à Antananarivo et ses environs est le reflet d’une situation d’inflation et non de l’insuffisance de l’approvisionnement en provenance de plusieurs régions, a annoncé hier le ministre de l’Elevage Anthèlme Ramparany, à l’occasion d’une rencontre avec la presse à son bureau à Ampandrianomby.

«La hausse actuelle des prix de la viande, en particulier la viande de zébu sur le marché est tout à fait normale, en raison de la période des pluies et de la saison de récolte dans les régions productrices de riz. Cette augmentation va également de pair avec l’inflation des prix des produits de première nécessité (PPN)», a expliqué le ministre.

Par ces propos, le ministre de l’Elevage contredit donc les affirmations des ravitailleurs en zébus issus de la partie Sud de l’île en début d’année, selon lesquelles les zébus font l’objet d’une collecte à grande échelle par des exportateurs chinois, ce qui serait à l’origine de la flambée actuelle des prix.

Depuis la fin de l’année 2015, le prix du kilo de viande de zébu n’a cessé d’augmenter. Au niveau des bouchers de la capitale, le kilo de zébu est passé de 8 400 à 8 800 ariary, et cela frôle les 12 000 ariary pour les morceaux de choix. Mais il n’y a pas que la viande de zébu, le prix de la viande de porc connaît également une importante hausse depuis la période des fêtes de fin d’année 2015.

Dans le même registre, le ministère de l’Elevage compte lancer une opération d’assainissement de cette filière cette année pour lutter contre le «blanchiment de la viande», comme l’a précisé Anthèlme Ramparany, hier. Le projet porte sur le remplacement de la Fiche individuelle de bovidés (Fib) par des boucles d’oreilles électroniques pour renforcer la traçabilité du zébu.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.