Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Bodo : des sorties à l’étranger pour 2016

Bodo : des sorties à l’étranger pour 2016

L’année dernière, Bodo a célébré son 25ème anniversaire de scène, et a sorti son album intitulé «Tsy miova aho». Cette année, elle promet encore plus de shows et davantage de sorties à l’étranger. Interview…

* Les Nouvelles : Quel est votre programme de l’année ?

– Bodo : d’abord, je pense clôturer la célébration de mes 25 ans de scène. Ce ne sera pas un simple spectacle durant lequel j’interpréterai mes morceaux, j’y donnerai un ton plutôt évangélique pour remercier le Tout-Puissant d’avoir m’aider dans ma carrière. Celui-ci sera suivi d’un grand concert puis d’un cabaret qui se tiendra au Carlton. Les dates ne sont pas encore confirmées, en revanche il y aura un spectacle le 26 février prochain au CCEsca Antanimena, en collaboration avec le Lion’s Club. A part ces shows au pays, je partirai aussi pour une grande tournée internationale qui durera deux mois, plus exactement en avril et mai prochain. Au programme, je commencerai par les villes françaises (Lyon, puis Lille et Toulouse). Ensuite, je continuerai au Canada, plus précisément à Montréal et je terminerai mon show aux Etats-Unis, à New York.

* Justement sur ce sujet, quelle différence y a-t-il entre les shows au pays et ceux à l’étranger ?

– Il y a des différences énormes. Par exemple, le public ou plutôt la diaspora malgache à l’étranger est plus nostalgique et préfère davantage les morceaux qui ravivent les souvenirs, d’où des répertoires particuliers. A l’étranger, on ne se rue pas tellement sur les nouveaux morceaux, alors que les fans sont plus friands de nouveautés. Ensuite, au niveau de l’ambiance, le public à l’étranger semble encore plus participatif et enthousiaste que les spectateurs au pays, pour profiter de chaque moment passé avec l’artiste qu’ils ne voient pas fréquemment.

* Vous avez une carrière que l’on suppose riche en expériences. Vous souvenez-vous d’une anecdote qui vous a particulièrement marqué ?

– Je dois dire que le concert qui m’a le plus marqué était celui que j’ai donné  lors d’une soirée de la Saint-Sylvestre à Paris, alors que j’étais enceinte de cinq mois. Avant le spectacle, j’essayais tant bien que mal de camoufler mon ventre arrondi, et je portais même une djellaba. Par contre, je n’ai changé aucune de mes habitudes scéniques, y compris danser… Mais au final, je me suis dit que le public ne m’écoutait pas, et je sentais qu’on se parlait beaucoup et qu’on se posait des questions sur le fait que je sois enceinte ou pas. Pour une fois, la vedette de la soirée était mon ventre. Et puis, un des moments les plus mémorables de ma carrière, je l’ai vécu l’année dernière à Paris, lors de la soirée de la Saint-Sylvestre, pendant laquelle j’étais sur la même scène que Njakatiana, mon chanteur malgache préféré. J’ai interprété quelques-uns de ses morceaux, entre autres «Mpankafy» et «Anaro aho», et lui, il a chanté «Ny fitiavako anao». Cela m’a beaucoup impressionné, tellement j’ai adoré.

Propos recueillis par Holy Danielle

Les commentaires sont fermées.