Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Orchidées  : la culture sous ombrière se développe

Orchidées  : la culture sous ombrière se développe

Considérées comme des espèces phares tant par la beauté et la couleur de leurs fleurs que par le parfum qu’elles exhalent, les orchidées qui prospèrent dans les forêts sont  menacées par le changement climatique et l’exploitation forestière. Madagascar abrite à lui seul près de mille espèces d’orchidées, soit 84,9% des orchidées existant dans le monde, selon la base de données du catalogue Missouri Botanical Garden (MBG).

Afin d’assurer une identification fiable et obtenir du matériel pour lever ces obstacles, un système de culture sous ombrière a été développé à Madagascar par MBG après l’implantation du réseau d’ombrière en Afrique centrale (Sao Tomé, Gabon, Guinée équatoriale, RDC et Cameroun). Ainsi, MBG Madagascar met en culture des plantes vivantes de chaque espèce d’orchidée collectée lors des travaux de terrain dans deux ombrières dont l’une abrite 350 individus dans le site de MBG à Antananarivo et l’autre dans le site de conservation de MBG à Ambalabe-Vatomandry avec 540 individus. Au total, ces cultures ex-situ regroupent 80 espèces appartenant à 22 genres, selon l’identification préliminaire.

La mise en culture sous ombrière produit les conditions climatiques de la canopée de la forêt durant une période d’acclimatation d’environ une année. Les ombrières créent des conditions idéales pour la croissance des orchidées. Elles réduisent le stress hydrique, tout en exposant les plantes aux éléments tels que la pluie et le vent pour une acclimatation optimale. Les orchidées y souffrent moins de la chaleur et nécessitent moins d’arrosage, ce qui génère des économies de temps, d’eau et de main-d’œuvre.

Par ailleurs, la mise en culture des orchidées vivantes dans les ombrières est indispensable pour permettre de récolter des échantillons en fleurs année après année. Et ces spécimens en fleurs seront collectés aussi bien pour une identification préalable que pour être envoyés aux différents herbaria, y compris l’Herbier national de Tsimbazaza (Tan).

Après identification, il est fort probable de découvrir de nouvelles espèces, des espèces rares et menacées d’orchidées. Ceci pour dire que la culture d’orchidées dans les ombrières est d’une importance capitale, elle permet non seulement leur conservation ex-situ mais de plus, ces ombrières peuvent aussi servir d’espaces d’exposition des espèces d’orchidées à l’intention du public et des touristes.

Noro Niaina

Les commentaires sont fermées.