Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Bonne gouvernance : l’UE réclame un engagement réel

Bonne gouvernance : l’UE réclame un engagement réel

Enième appel des partenaires techniques et financiers aux dirigeants malgaches. Antonio Sanchez-Benedito, le Chef de délégation de l’Union européenne a une nouvelle fois rappelé les exigences à prendre en compte, hier.

Dans son discours, lors de la cérémonie de remise d’équipements au personnel de santé à Tanjombato, l’ambassadeur de l’Union européenne, Antonio Sanchez-Benedito a lancé une fois de plus une pique de rappel aux autorités politiques pour leur rappeler la nécessité de concrétiser les principaux réformes nécessaires à l’accélération du processus de développement.

Certes, le diplomate a fait sa déclaration dans le cadre du secteur de la sante mais, à bien des égards, ce sont tous les secteurs de la vie nationale qui sont concernés.  « Pour atteindre les objectifs du PDSS, projet qui court de 2015 à 2019, il faut appliquer les pratiques de bonne gouvernance, de lutte contre la corruption dans la mise en œuvre de toutes les actions, de façon à garantir l’utilisation à bon escient des ressources», a par exemple soutenu l’ambassadeur de l’Union européenne, hier. Il estime d’ailleurs que «pour cela, un engagement réel et soutenu de l’Etat est indispensable. Un engagement qui dépasse le seul secteur santé».

Ce n’est pas la première fois que les partenaires internationaux, en particulier l’Union européenne, bousculent l’atermoiement des dirigeants étatiques sur ces points et, à l’allure où vont les choses, ce ne sera sûrement pas la dernière. Il faut avancer dans les reformes à tous les niveaux, telles que la bonne gouvernance ou encore la lutte anticorruption, pour ne citer que ces deux points. Pas plus tard que mercredi dernier, le chargé de communication et des affaires culturelles auprès de l’ambassade américaine, Luke Zahner avait noté qu’il existe un fossé entre les discours et les actions sur plusieurs points, notamment la lutte contre le trafic de bois de rose. Sans oublier le dernier discours du diplomate marocain, Mohammad Amar, doyen du corps diplomatique, lors de la cérémonie de présentation des vœux au couple présidentiel à Iavoloha.

En tout cas, l’Union européenne qui, dans le cadre de l’accord de Cotonou entretient un dialogue politique régulier avec le gouvernement peut suivre de près de la mise en œuvre des réformes entreprises par le régime. Présent sur les lieux, le Président de la République Hery Rajaonarimampianina ne s’est en tout cas pas défilé devant ses responsabilités tout en appelant les citoyens à prendre les leurs. «Les observations que vous avez faites notamment en matière financière (….), nous sommes tout à fait d’accord avec. C’est pourquoi nous devons faire des efforts au niveau de l’économie pour pouvoir libérer des ressources affectées au secteur de la santé. Nous avons également bien noté la nécessité d’une bonne gouvernance (…), nous avons pris bonne note et je renvoie la responsabilité à chacun de nous », a soutenu le chef de l’Etat dans son allocution. En janvier 2014, lors de sa prestation de serment, il avait martelé que «Lutter contre la Corruption sera une de mes principales priorités» et que «La corruption devient l’un des obstacles majeurs du développement général. La corruption fausse la concurrence, entraîne la mauvaise utilisation des fonds publics». Cependant, jusqu’ici, l’opinion attend toujours du concret. «L’Etat malgache s’est engagé à augmenter de manière conséquente les recettes fiscales pour permettre le financement de services publics de qualité à sa population. Malheureusement, malgré des efforts dans ce domaine, les résultats restent encore insuffisants (…)», a rappelé hier l’ambassadeur de l’Union européenne, Antonio Sanchez-Benedito.

Jao Patricius

Les commentaires sont fermées.