Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Période des pluies : les loyers en hausse dans la capitale

Période des pluies : les loyers en hausse dans la capitale

Le calvaire des milliers de locataires dans la capitale est loin d’être fini. Les propriétaires des maisons situées dans les zones à l’abri des inondations profitent du temps qu’il fait actuellement pour augmenter les loyers mensuels de l’ordre de 20 à 50%, selon les quartiers.

« C’est le cas notamment à Ankadifotsy, à Ankadindramamy, à Soamanandrariny, à Ivandry ou encore à Ambohipo et ses environs, où une chambre, munie d’une petite pièce servant de cuisine, proposée au début de l’année à 80.000 ariary se loue actuellement à 120.000 ariary voire plus, selon les quartiers », a confié hier le responsable d’une petite agence immobilière située à Andravoahangy-Ambony.

La hausse des tarifs s’applique non seulement aux nouveaux locataires, qui décident de quitter leur ancienne maison pour prévenir les éventuelles inondations dans les bas-quartiers de la capitale, mais aussi aux anciens occupants. Ces derniers qui, dans la grande majorité peinent déjà à joindre les deux bouts ne savent plus à quel saint se vouer. Leur sort reste suspendu à la décision des propriétaires qui profitent de chaque moindre occasion  pour revoir le loyer à la hausse, souvent sans préavis.

Mauvaises surprises

Les locataires les plus optimistes se demandent si un jour leur rêve d’acquérir quelques mètres carrés de terre pour y bâtir leur propre maison pourra se réaliser. « On n’est jamais à l’abri de mauvaises surprises, tant qu’on est locataire », déplore Harisoa, une mère de trois enfants qui habite le quartier d’Ankadindramamy. Elle et son mari sont actuellement à la recherche d’un logement pour la 3è fois en deux ans. Lors des deux premières fois, sa petite famille a été obligée de quitter la maison qu’elle louait car les propriétaires ont augmenté le loyer sans préavis. Ce qui l’a amenée à chercher moins cher, mais en vain puisque les propriétaires révisent chaque année leurs loyers à la hausse.

Cette fois-ci, le propriétaire de la maison à trois pièces que Harisoa et sa famille louent à 220.000 ariary par mois les a averties. Celui-ci demande à ses locataires de quitter les lieux sous prétexte que son fils, sur le point de se marier, va occuper la maison. Une raison qui semble non fondée car selon les indiscrétions de quelques « mpanera » (démarcheurs) dans le quartier, le propriétaire compte en réalité louer sa maison à d’autres clients à 300.000 ariary par mois. Un tel cas n’est pas isolé puisque de nombreux autres locataires ont déclaré avoir été victimes de mauvaises surprises de la part des propriétaires des maisons qu’ils louaient, comme la famille de Richard, un fonctionnaire louant un appartement à Ambohipo dont le loyer est révisé à la hausse chaque année. Ce dernier espère en finir avec les « humiliations » car il envisage de contracter un prêt bancaire pour construire une maison sur sa parcelle de 150 mètres carrés qu’il a achetée il y a quelques années dans la périphérie de la capitale.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.