Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Emmo-Nat  : beaucoup d’effort reste à faire

Emmo-Nat  : beaucoup d’effort reste à faire

L’heure est au bilan. Pour les forces de l’ordre regroupées au sein de l’Etat-major mixte opérationnel au niveau du Farintany (Emmo-Far), des efforts notables ont été réalisés mais beaucoup d’autres restent à faire. L’annonce a été faite hier au Toby Ratsimandrava durant la présentation des vœux qui marque aussi la première réunion hebdomadaire de l’Emmo-Far pour l’année 2016.

Tout en présentant le bilan de l’exercice 2015, les forces de l’ordre n’ont pas manqué de dénoncer certaines pratiques qui, d’après le colonel Tianarivo Gabriel Armandin Ralaikoa, chef de service des opérations de la gendarmerie, n’ont fait qu’entraver le travail des enquêteurs. Pour illustrer ses explications, il a mentionné le cas de quelques agents pénitentiaires qui sont suspectés d’être de mèche avec des malfaiteurs.

«Nous avons recensé au moins cinq cas d’infraction impliquant dix agents pénitentiaires. Tout le monde connaît déjà le cas Jean-Freddy Mahatody, l’agent pénitentiaire qui avait participé à une attaque à main armée à Mahajanga. Tout récemment à Farafangana, il y avait aussi les trois agents pénitentiaires en activité qui ont été dénoncé par des malfaiteurs. Maintenant, nous avons appris que certains d’entre eux courent déjà dans les rues de Farafangana comme si de rien n’était. On ne cherche pas des noises à personne mais c’est un constat. Nous l’avons fait part au représentant du ministre de la Justice. Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres», a soulevé l’officier supérieur.

Les autres problèmes d’insécurité, l’insuffisance de moyens et d’effectif, l’inertie des autres entités ont également été évoqués durant la rencontre. «Nous ne cherchons pas à nous dérober de notre mission mais prenons un exemple, si un problème d’arriérés de bourse ou une revendication syndicale n’est pas réglé avec les responsables concernés, cela retombe par ricochet sur nous qui sommes obligés de jouer aux pompiers à tous les coups», a-t-il rapporté.

Mparany

Les commentaires sont fermées.