Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Boeny : monopole sur la collecte de crabes

Boeny : monopole sur la collecte de crabes

Les petits investisseurs opérant dans la filière crabes dans la région Boeny et ses environs se plaignent de la concurrence déloyale dans le secteur.

La présence des opérateurs chinois monopolisant le marché est fortement contestée par les collecteurs qui dénoncent l’inertie du ministère de tutelle. Des contrôles stricts s’imposent dans la filière crabes, particulièrement dans la région Boeny, pour éviter les magouilles, d’après la majorité des collecteurs. Le ministère de la Pêche favorise indirectement des gros opérateurs chinois dans l’exploitation de cette filière depuis des mois au détriment des entreprises individuelles locales qui en faisaient leur profession depuis des années, ont-ils dénoncé à Ampandrianomby, hier.  Les collecteurs du Boeny déplorent, en plus, la tolérance affichée par le ministère de la Pêche sur l’exportation de crabes vivants pratiquée par ces gros opérateurs qui finiront par affaiblir les potentiels locaux par la surexploitation du produit.  La hausse au triple des taxes sur le permis de collecte de crabes décidée unilatéralement par le ministère de tutelle a été un moyen d’écarter de façon indirecte les collecteurs locaux, d’après leurs explications.

Le porte-parole de ces collecteurs a annoncé que l’initiative entraîne de grandes pertes à l’économie par la baisse de la rentrée fiscale puisque le nombre de collecteurs, handicapés par l’application de cette hausse, a fortement diminué. Ayant éliminé les concurrents, les opérateurs chinois achètent les produits à prix bradés, obligeant les  pêcheurs au système de surexploitation pour rattraper leur manque à gagner, engendrant ainsi un cercle vicieux dans la chaîne de production.

Les collecteurs de crabes de la région Boeny soupçonnent des trafics de ressources halieutiques derrière ces opérations où des crabes vivants sont exportés puisque certains opérateurs commencent aussi à exporter des mangroves pouvant servir à l’élevage de crabes vers l’Asie actuellement.

Manou

Les commentaires sont fermées.