Flash
Préc Suiv

Campagne électorale: sous haute sécurité

Campagne électorale: sous haute sécurité

Dispositifs renforcés durant cette nouvelle campagne électorale pour le compte du second tour de la présidentielle. Les forces de l’ordre vont maintenir l’ordre et la sécurité, mais les candidats et leurs partisans sont eux aussi appelés à instaurer un climat d’apaisement.

«Les dispositifs de sécurité seront renforcés pour cette nouvelle campagne électorale, étant donné qu’il s’agit ici d’un duel», a indiqué le préfet de police de la capitale, le Gal Angelo Ravelonarivo, joint au téléphone hier.

«Le fait qu’il n’y a plus que deux candidats, devrait faciliter le travail des forces de l’ordre», a-t-il ajouté. Et d’expliquer qu’elles vont essayer d’assurer la sécurité de tous les meetings, organisés dans la capitale afin d’éviter «les débordements constatés lors de la campagne du premier tour».

Néanmoins, les dispositions prises lors du premier tour restent toujours en vigueur. «La qualité du traitement des candidats et la neutralité absolue de l’administration seront sérieusement prises en compte», a-t-il fait savoir.

D’autre part, «les déclarations préalables pour les rassemblements, restent valables», a souligné le préfet de police.

Jusqu’à hier cependant, aucune demande de manifestations prévues dans les prochains jours n’a été déposée. Le candidat Andry Rajoelina a néanmoins déjà déposé une demande pour son «faradoboka à Antsonjombe» et «attend une autorisation d’occupation venant de la présidence, qui est en charge des lieux», a indiqué le général.

Apaisement

De son côté, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) appelle les candidats et leurs partisans à maintenir le calme et l’apaisement dans le pays. «Nous appelons les candidats à tenir compte des textes en vigueur et à se respecter», a déclaré le président de l’organe, Hery Rakotomanana, dans un communiqué daté d’hier. La Ceni encourage également ces derniers à la retenue devant leurs partisans afin d’éviter des discours incendiaires.

Soucieuse de la voix du peuple, la Ceni s’est aussi adressée aux électeurs. «Soyez vigilants et attentifs aux propos et aux programmes de vos candidats. Ne vendez pas vos voix pour un peu de riz, des casquettes ou encore des tee-shirts», a indiqué son président. Il estime de ce fait que  chaque électeur devra voter pour celui qui est «capable d’œuvrer pour l’intérêt du pays et non celui qui jette de la poudre aux yeux».

 

Tahina Navalona

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique