Flash
Préc Suiv

Trucage, détournement des votes: Rajoelina accable la Ceni

Trucage, détournement des votes: Rajoelina accable la Ceni

Deux jours après la proclamation des résultats exhaustifs du premier tour de la présidentielle, le candidat n°13, Andry Rajoelina, a décidé de briser le silence hier, à l’Arena Ivandry. Pour lui, les résultats provisoires de la Ceni sont entachés de fraudes. En cause, le logiciel de la Ceni.

Une réaction très attendue par les observateurs avertis. Le problème réside sur le traitement de résultats et non le processus électoral. C’est en somme le point dénoncé par le candidat Andy Rajoelina lors de cette rencontre avec la presse et ses partisans. A cette occasion, il a dénoncé à la fois les détournements de vote opérés à la Ceni et le logiciel utilisé que le candidat numéro 13 a réclamé un audit approfondi.

 «C’en est assez de la corruption et du détournements de vote », a-t-il souligné, tout en rappelant qu’une requête a déjà été déposée auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC).

Procès verbal par procès verbal

 «Nous réclamons l’audit de ce logiciel (…) et une confrontation, procès verbal par procès verbal», a-t-il ajouté. Le candidat a tenu à faire savoir que les pourcentages des voix qu’il a obtenues, ont été sucrés au profit d’autres candidats. C’est le cas notamment dans la province de Fianarantsoa, tout comme dans plusieurs localités du pays.

Force est en effet de noter que le candidat Andry Rajoelina a gagné haut les mains les suffrages exprimés dans les six provinces de Madagascar. Sauf que paradoxalement, ce résultat ne se reflète pas à travers les chiffres publiés par la Ceni. Au contraire, son score tend à s’effriter au fur et à mesure que les résultats arrivaient à Alarobia.

Il en est de même pour le nombre de bulletins blancs ou nuls qui semble avoir été gonflé dans le but de bloquer l’avancée du candidat n°13 et donner plus de voix à d’autres candidats.

Infraction pénale

En tout cas, le fondateur de l’IEM a insisté sur un point : le détournement de vote constitue une infraction pénale. «Il faut que les responsables de ces détournements soient amenés à rendre compte de leurs erreurs», a fait savoir l’ancien numéro un de la Transition.

L’article 233 de la Loi organique n°2018-008 du 11 mai 2018 dispose d’ailleurs que : «tout acheteur… de suffrage (est) condamné chacun à une amende égale au double de la valeur des choses reçues ou promises. En outre, toute personne qui, à l’occasion d’une élection ou d’une consultation référendaire (…) un suffrage à un prix quelconque, est privée de ses droits civiques et déclarée incapable d’exercer aucune fonction publique ou interdite d’exercer aucun mandat public pendant 5 à 10 ans».

A titre de rappel, lors d’une rencontre avec la presse, des parlementaires pro-IEM avaient déjà mis en garde la Ceni sur ces faits. «Le candidat Andry Rajoelina gagne la majorité des chefs lieux de province mais paradoxalement, plus ces résultats arrivent à la Ceni, plus son score s’effrite», s’était désolé le député Tinoka Roberto.

 

Rakoto

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique