Flash
Préc Suiv

Présidentielle 2018: le peuple aux urnes

Présidentielle 2018: le peuple aux urnes

Après les tapages de la campagne électorale, l’heure est au vote. Moins de 10 millions d’électeurs auront à choisir entre 36 candidats. A vrai dire, ce scrutin est déterminant pour l’avenir du pays durant les cinq prochaines années.

Le décompte final est enclenché. La campagne électorale s’est terminée hier à minuit, ce qui laisse un temps de réflexion pour les citoyens avant de se rendre aux urnes demain.

D’après le recensement de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), 9.903.913 électeurs sont attendus dans les 24.852 bureaux de vote répartis dans toute l’île, soit une augmentation de 7.38% des vontants, par rapport aux années précédentes.

 A noter que la Ceni a déjà cartographié l’emplacement des bureaux de vote et toutes les informations relatives à ce sujet sont disponibles sur son site.

Précisions de la Ceni

Les électeurs auront à se munir de leur carte d’électeur et leur carte nationale d’identité pour pouvoir voter. A défaut, ils pourront toujours présenter, soit leur passeport, soit leur permis de conduire, à condition d’être inscrits dans la liste électorale.

Sur ce, la Ceni a tenu à préciser que seuls les inscrits ont le droit de voter. Cela, contrairement à certaines rumeurs selon lesquelles les non-inscrits peuvent se munir d’une «attestation de non-inscription» à présenter au niveau des SRMV. Il en est de même pour les ordonnances qui ne seront plus délivrées aux électeurs et encore moins valables durant le jour du scrutin. Pour la Ceni, «aucun électeur ne pourra voter sans être inscrit dans la liste électorale».

La proclamation des résultats officiels est prévue entre le 20 et le 28 novembre. Le deuxième tour se tiendra ainsi le 19 décembre.

Des milliers d’observateurs

La mission d’observation de l’Union européenne (MOE-UE) déploie une centaine d’observateurs, répartis dans toute l’île. Jusqu’à hier, le chef de la mission, Cristian Preda a effectué une visite sur le terrain à Taolagnaro.

«Nous nous ne fions pas aux rumeurs mais aux faits», a-t-il indiqué lors d’un point de presse sur place. La MOE-UE effectuera une déclaration préliminaire vendredi.

L’OIF a également déjà déployé une douzaine d’observateurs, non seulement pour une mission d’observation mais également pour une mission d’information. Ceux de la Sadc sont également dans nos murs.

Du côté des malgaches, la société civile répond présente, notamment à travers l’Observatoire Safidy, présentée ce jour. Près de 7.000 observateurs sont déployés dans toute l’île

Le KMF/Cnoe fera également partie du paysage électoral, comme lors des précédentes élections. Ayant déjà une certaine expérience en la matière, le comité sera réparti dans une centaine de districts.

D’autre part, le «Projet d’appui à la prévention et la gestion de conflits et violences potentiels liés aux élections à Madagascar (Pev Madagascar)» mettra en place une «Situation Room», dans ses locaux au Tour Sahavola à Antsahavola. Cette dernière dispose d’un centre d’appels, de saisies et de traitement de données. Un moyen de s’informer sur les éventuels conflits et/ou violences liés aux élections.

Toutes les conditions sont alors réunies pour la tenue du scrutin de demain. Les bureaux de vote seront ouverts à partir de 6h. Les électeurs sont invités à vérifier les deux signatures des membres du bureau de vote au dos du bulletin unique pour éviter toute falsification.

Tahina Navalona

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique