Flash
Préc Suiv

Campagne électorale: Rajaonarimampianina en train de perdre ses alliés

Campagne électorale: Rajaonarimampianina en train de perdre ses alliés

Alors que la campagne électorale ne fait que commencer, le clan Rajaonarimampianina semble déjà en perte de vitesse. Des alliés quittent le navire.

C’est mal parti. Des partisans de l’ancien parti présidentiel, le HVM, sont en train de tourner le dos à cette formation politique. Depuis quelque temps, en effet, alors que la campagne électorale n’est qu’à son quatrième jour, des élus et des acteurs politiques, autrefois dans le giron du HVM, annoncent leur soutien à d’autres candidats.

 C’est le cas, à titre d’illustration, du député de Toliary, Siteny Randrianasoloniaiko et du député d’Atsimondrano, Harijaona Randriarimalala qui ont décidé de soutenir Andry Rajoelina. Selon des sources concordantes, un autre élu fera aussi une déclaration dans ce sens, ce jour, à son restaurant à Athana Maibahoaka. A cela s’ajoutent les cas des conseillers. Certains sont empêtrés dans des affaires louches tandis que d’autres sont désormais mal vus auprès des proches de l’ancien président.

En effet, ces derniers jours, des quotidiens appartenant à un ancien proche conseiller,  numéro un du HVM dans le temps et par-dessus tout, un opérateur économique bien connu,  se sont illustrés en se désolidarisant du pouvoir. Sans oublier que le candidat Rajaonarimamapianina a plutôt rencontré un accueil glacial lors de ses meetings de campagne. A Mandoto, récemment, lors de son discours, Hery R a même été hué par la population. Un jeu politique légitime dans une démocratie, notamment durant la campagne électorale.

Handicap

Outre ses déficits en matière de popularité, depuis l’ouverture de la campagne électorale, l’absence de ses principaux soutiens handicape aussi sa campagne électorale. En effet, les seules personnalités sur lesquelles il peut compter, même sans réel poids sur le plan régional, se trouvent au sein du Gouvernement. A l’instar du ministre des Travaux publics et des infrastructures, du ministre des Mines et du pétrole ou du ministre des Transports et de la météorologie. Sauf que ces ministres ne peuvent pas faire campagne.

C’est vraisemblablement pour y remédier que les proches de l’ancien parti présidentiel utilisent les organismes rattachés à leurs ministères pour saper le processus électoral ou encore mettre du plomb dans l’aile des autres candidats. Le dernier remous provoqué par les décisions de l’Aviation civile de Madagascar (ACM) en est un exemple flagrant.

En effet, sans l’intervention du chef de Gouvernement, les hélicoptères des candidats seraient encore cloués au sol.  Et, ces derniers jours, les agissements des groupuscules d’acteurs politiques, demandant la restructuration des institutions de la République, vont également dans ce sens.

En mal de popularité et sur la corde raide, les proches du HVM misent ainsi sur l’annulation pure et simple du processus électoral au profit d’une nouvelle Transition. Ce qui implique un retour en arrière non tolérable  de la démocratie.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.