Flash
Préc Suiv

Au grand incomplet

Au grand incomplet

Là, maintenant, on y est complètement. La campagne électorale bat son plein dans tous les sens du terme. En l’espace de quelques jours, le paysage, le contexte et l’ambiance ont changé radicalement dans tout Madagascar et prennent ainsi une allure de grand rassemblement sur fond de festivités.

Chaque partisan arbore en ce moment un tee-shirt frappé à l’effigie de son candidat et les nécessiteux en profitent pour en avoir toute une collection de plusieurs couleurs et de différentes tailles. Des parades à grand renfort de musique sillonnent dans chaque recoin des villes et des quartiers. Et, à ne pas oublier, car étant les plus importants, les meetings en fanfare animés par des artistes de renom et mettant surtout sous les feux de la rampe les candidats qui se suivent et qui ne se ressemblent pas.

 Et plus le jour du scrutin approche, plus la propagande gagne en intensité. Mais, sur les 36 candidats aspirant au poste suprême, seuls quelques-uns, même pas une dizaine, sont sur le devant de la scène. Les autres, surtout ceux au sein du collectif des 22 candidats, sont absents du tableau et font leur propagande autrement.

En pleine période de campagne présidentielle et à moins d’un mois du jour J, ces derniers réclament une nouvelle révision de la liste électorale. Sans cela, selon eux, ils ne débuteront pas comme il se doit leur campagne. A leur guise, en fait, d’après la Ceni, c’est impossible et inenvisageable, d’autant que la période de révision de la liste électorale a déjà fait l’objet d’un élargissement dans la loi organique, relative au régime général des élections et des référendums.

En campant sur leurs positions, certains de ces candidats risquent ne pas faire corps avec la campagne présidentielle.

JR.

 

Les commentaires sont fermées.