Flash
Préc Suiv

Ouverture de la liste électorale: «Actions tardives» d’après Sahondra R.

Ouverture de la liste électorale: «Actions tardives» d’après Sahondra R.

«Un prétexte pour détourner l’attention». C’est en ces termes que la juriste et non moins membre du Sefafi, Sahondra Rabenarivo, s’est exprimée hier sur les actions entreprises par le collectif des candidats actuellement. Cela, lors de son passage à l’émission Ambarao sur Alliance 92.

Le collectif des 22 candidats a poursuivi ses déclarations dernièrement sur la nécessité de procéder à l’ouverture de la liste électorale pour intégrer les électeurs non inscrits. La Ceni ayant déjà été ferme sur le sujet, Sahondra Rabenarivo s’est dit «déçue» de la situation. «Il est décevant que les candidats eux-mêmes ne soient pas au courant de la date butoir pour la liste électorale. Il fallait interpeller il y a un an», a-t-elle indiqué en faisant allusion au temps où la liste électorale n’était pas encore gelée. L’initiative est alors tardive puisqu’il est impossible actuellement de toucher à la liste électorale.

Pour Sahondra Rabenarivo, ceci est un «prétexte pour détourner l’attention» car il fallait soulever le problème au moment de la préparation des dossiers de candidature. «C’est assez navrant car il faudrait qu’on revienne à la règle des droits», a-t-elle déploré tout en soutenant qu’il fallait le soulever plus tôt si les candidats en question se voulaient démocrates. Elle soutient d’ailleurs que même l’invitation adressée à l’OIF pour audit de la liste électorale était tardive. «Il n’est pas surprenant que la liste ne soit impeccable», a-t-elle fait savoir.

La Ceni dépassée

Dans tous les cas, à l’approche de l’échéance électorale, certains points restent à renforcer. Sahondra Rabenarivo estime de ce fait que la Ceni devrait appuyer sur sa communication, notamment en matière de sensibilisation électorale, qu’il s’agisse du bulletin unique, de la campagne électorale ou encore des résultats électoraux. L’organe électoral semble en effet dépassé par les candidats. En effet, Sahondra Rabenarivo estime que les candidats ont des procédés plus avancés et plus modernes par rapport à la Ceni. Elle cite ainsi l’exemple des panneaux d’affichage qui sont à peine considérés par les candidats qui ont des supports de communication plus modernes.

Quoi qu’il en soit, Sahondra Rabenarivo invite les électeurs à voter afin de donner plus de crédibilité à la personne élue. D’ailleurs, «Si vous ne votez pas, quelqu’un le fera à votre place», a-t-elle conclu.

Tahina Navalona

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique