Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: circulaire relative à la culture du riz

Tananarive,

le 21 septembre 1918.

Le Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, chevalier de la Légion d’honneur, à Messieurs les chefs de circonscription administrative.

Il m’est revenu que certains marchés, notamment dans les provinces centrales de la Colonie, manquaient fréquemment de riz.

Déjà par télégramme n° 1317-B du 16 août dernier, j’ai prié certains d’entre vous de prendre toutes dispositions pour que toutes les rizières soient mises en culture par les indigènes.

En ce qui concerne plus particulièrement l’approvisionnement des marchés, je vous prie de prendre immédiatement, le cas échéant, des mesures de nature à porter remède à la situation qui m’est signalée.

Il y aura probablement lieu d’envisager, dans les principaux centres, la nécessité de constituer des stocks d’importance variable, suivant les besoins, afin de pallier au manque de riz sur les marchés urbains et suburbains et de permettre au besoin à l’administration d’intervenir pour régulariser les cours ; mais je n’émets cette idée qu’à titre d’indication, vous laissant le choix et la responsabilité des moyens propres à atteindre le but recherché, suivant les contingences propres à chaque région.

Ce que je désire, c’est que l’alimentation des populations indigènes soit assurée de façon régulière et que vous preniez à temps les initiatives nécessaires pour éviter le retour de la disette qui a sévi l’année dernière et enrayer la spéculation sur les denrées de première nécessité et en premier lieu le riz.

Pour les détails d’application du programme auquel vous vous serez arrêté à cet effet, je vous prie de vous entendre avec la direction des finances (service du ravitaillement).

A. Schrameck.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

Cinéma

Remarqué à la rentrée au cinéma samedi dernier, un groupe de spectateurs qui, estomaqués de l’augmentation subite de 50 % sur le prix des places, ont fait simplement demi-tour.

Il faut espérer que M. Caruso reviendra sur sa décision, sinon il peut s’attendre à dérouler ses films devant des banquettes vides.

 

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique