Flash
Préc Suiv

Chronique: faire plus avec moins

Avez-vous une cuisine chez vous ? Sans doute. Une cuisine moderne, équipée avec tout le confort ? Vous hésitez avant de répondre parce que vous n’êtes pas sûr de comprendre la question. Finalement, vous répondez par l’affirmative : oui, vous avez une cuisine moderne, équipée notamment d’un réfrigérateur qui fonctionne à l’électricité. Ou peut-être au pétrole ? Ah, ce n’est donc pas un Mitti Cool Refrigerator. L’histoire de ce réfrigérateur écologique vaut le détour, pas seulement parce que nous sommes des habitués des coupures de courant.

Fort de son savoir-faire de potier dans le Gujerat, Mansukh Prajapati a fabriqué un réfrigérateur traditionnel à base d’argile. Comment fonctionne cet appareil ?  Sur le principe de l’évaporation, l’eau contenue dans la chambre haute du Mitti Cool Refrigerator s’évapore progressivement et réduit la chaleur dans les chambres basses, maintenant une température de 15 à 20 degrés inférieure à la température extérieure. Tout cela est bel et bon mais quand on a l’électricité, et qu’on sait prendre son mal en patience quad surviennent les endémiques coupures de courant, à quoi bon ce retour en arrière. Un réfrigérateur en argile à l’ère du transhumanisme, est-ce bien sérieux ? En réalité, dans notre vaste pays tout le monde ne souffre pas des coupures de courant pour la simple raison que tout le monde n’a pas l’électricité. Dans des villes moins bien loties que la capitale, comme dans les quartiers les moins bien lotis de la capitale, un Mitti Cool Refrigerator (ou son cousin malgache) pourrait changer le quotidien.

L’idée de Mansukh Prajapati, c’est une idée jugaad. Ne vous méprenez pas, ce n’est pas du suédois mais de l’hindi. Jugaad, c’est l’art de concevoir des solutions ingénieuses, l’art de « faire plus avec moins » dans des conditions difficiles. Résolument moderne, vous êtes sceptique devant le Mitti Cool Refrigerator. Mais ne passez pas à côté de la jugaad ; en période électorale notamment, l’art de faire plus avec moins mérite réflexion.

Kemba Ranavela

Les commentaires sont fermées.