Flash
Préc Suiv

Contestation et consolation

Contestation et consolation

Il y a des élections avant les élections, c’est-à-dire les primaires, il y aussi la campagne avant la campagne, c’est la précampagne, mais apparemment, il y a aussi les contestations avant les contestations et on ne sait pas si on pourrait qualifier cela de pré-contestation. En tout cas, c’est ce qui semble se passer actuellement. Les élections n’étant même pas entamées que certains ont déjà leur mot à dire. D’autres comptent d’ailleurs déjà contester les résultats des élections. Serait-ce une façon de dire que les élections seront perdues d’avance pour eux? Et s’ils s’en sortaient vainqueur, les contestations seraient-elles encore d’actualité ?

D’où vient cette habitude d’attendre le dernier moment pour agir? Serait-ce cela l’heure malgache (fotoan-gasy) ? Pas forcément, lorsqu’on évoque les histoires  à la sauce bien américaine qui veut qu’une personne tombe sous des accusations de scandale sexuel à la veille d’une nomination. Le hasard ne sera pas le seul responsable.

Alors que depuis le temps que la liste électorale a été révisée, pourquoi les contestations n’arrivent-elles que maintenant, d’autant plus par des candidats ? Un candidat a même affirmé fièrement qu’il n’était pas inscrit sur la liste alors que l’inscription sur la liste électorale est une des conditions d’éligibilité. Certains candidats semblent croire que la contestation pourrait être un lot de consolation. Certes, des contestations ne sont pas à écarter mais encore faudrait-il les faire au bon moment au risque de passer pour des perturbateurs.

T.N

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique