Flash
Préc Suiv

Campagne électorale jour J: que le meilleur gagne!

Campagne électorale jour J: que le meilleur gagne!

Les trente-six candidats à la présidentielle disposent à partir d’aujourd’hui de trente jours pour convaincre les électeurs de voter pour eux le 7 novembre prochain.

La campagne électorale s’ouvrira ce jour et les candidats qui sont déjà sur le starting-block  depuis belle lurette peuvent désormais participer pleinement  à la course à la magistrature suprême. Le décret n°2018–644 fixant les modalités d’organisation de l’élection présidentielle anticipée précise à cet effet que  « La campagne électorale en vue du premier tour de l’élection présidentielle anticipée commence le lundi 8 octobre à six heures et prend fin le mardi 6 novembre à zéro heure»,  et  «Sont autorisés à faire campagne les candidats à l’élection présidentielle titulaires d’un récépissé définitif d’enregistrement de candidature délivré par la Haute cour constitutionnelle».

 Sur ce, l’agenda des candidats sont déjà surbookés, à en croire les publicités à travers les médias. A titre d’illustration, le porte-fanion du Mapar débutera sa campagne à Antsiranana, les anciens chefs d’Etat Didier Ratsiraka et Hery Rajaonarimampianina organiseront des meetings respectivement aux 67 Ha et à Itaosy.

En dépit des différentes manœuvres visant à saboter les consultations populaires à venir, comme les initiatives de Pety Rakotoniaina et consorts, la coalition des candidats, conduite par Tabera Randriamanantsoa, ou récemment encore le collectif des candidats qui ont lancé un ultimatum à la Ceni, les dés sont désormais jetés. Conformément au calendrier établi par l’organe en charge des élections et le gouvernement, il n’est plus question de retour en arrière. D’ailleurs, les candidats «crédibles» se sont déjà préparés à cette échéance car, ces temps-ci, les rencontres avec la population ont été initiées sous divers formes.

Une campagne haute en couleur

En tout cas, après plusieurs mois d’attente, l’on s’ attend à une campagne électorale pleine  de rebondissements car la présidentielle du 7 novembre voit une grande partie des acteurs politiques de premier plan s’affronter. Citons entre autres, trois anciens chefs d’Etat, trois anciens Premiers ministres et des anciens ministres de la IIIe et de la IVe République.  Des adversaires politiques qui, en dépit des alliances de circonstance, demeurent farouchement opposés sur le plan idéologique.

Quoi qu’il en soit, l’article 57 de la loi organique n° 2018-008 relative au régime général des élections et des référendums régissant la campagne électorale stipule la nécessité de respecter l’unité nationale et de l’esprit du «Fihavanana malagasy»,  la neutralité de l’administration et l’impartialité des services publics, l’impartialité du service public de la communication audiovisuelle assurée par les services de radiodiffusion et de télévision publics et les entreprises de radio et de télévision  privées, l’équité et l’égalité des chances entre tous les candidats, le respect de l’intégrité physique, de l’honneur et de la dignité des candidats et des  électeurs, le respect de l’intégrité de la vie privée et des données personnelles des candidats ou encore la non-incitation à la haine et à la discrimination, la préservation de l’ordre public.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.