Flash
Préc Suiv

Campagne électorale – manœuvre dilatoire: l’ACM prise dans l’engrenage

Campagne électorale – manœuvre dilatoire: l’ACM prise dans l’engrenage

Le directeur général de l’ACM, James Andrianalisoa, a tenté de stopper l’autorisation d’importation et d’exploitation des hélicoptères des autres candidats outre celui de Rajaonarimampianina, hier.

Un tollé général qui a provoqué une onde de choc dans le milieu politico-judiciaire, hier. Alors que la campagne électorale débutera prochainement, les coups bas politiques commencent déjà venant des partisans du HVM et ce, par le biais du Directeur général de  l’ACM en la personne de James Andrianalisoa. Ce dernier a d’abord refusé d’autoriser l’importation et l’exploitation des hélicoptères des autres candidats mis à part celui de Rajaonarimampianina, avant de se raviser.

Cette personnalité, membre du parti HVM, a en effet autorisé l’importation d’hélicoptère pour l’ex-président-candidat Hery Rajaonarimampianina tout en bloquant les autorisations pour ses concurrents dont notamment des hélicoptères pour le candidat Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina. Alors que selon notre source, ces hélicoptères viennent du même fournisseur. En début de soirée, hier, des élus du parti Tim et du Mapar se sont alors rués au siège de l’ACM pour demander des explications par rapport à cette interdiction.

Sourde oreille

A cela s’ajoute une réquisition de la Primature, suite à la saisine des candidats victimes de cette manœuvre dilatoire, pour ordonner au DG de l’ACM de délivrer les autorisations d’exploitation nécessaires. En effet, le Premier ministre a tout de suite pris l’affaire en main en saisissant les responsables, notamment le ministre des Transports et de la météorologie et le Directeur général de l’ACM. C’est en vertu de la neutralité de l’administration, de l’égalité de chance de tous les candidats et pour l’instauration d’un climat d’apaisement à la veille des élections que le Premier ministre a signifié à ces responsables de délivrer les autorisations d’exploitation des hélicoptères des candidats à la présidentielle. Le sujet avait été d’ailleurs discuté à maintes reprises lors des rendez-vous hebdomadaires du gouvernement.

Si dans un premier temps, le numéro un de l’ACM, James Andrianalisoa, avait fait la sourde oreille, ne donnant aucune suite à cette lettre, il s’est par la suite ravisé, tard dans la soirée, pour enfin signer une autorisation en bonne et due forme. Il n’a pu notamment faire face à la pression des partenaires internationaux ainsi que la présence massive des élus devant le bureau de l’ACM.

En tout cas, il est patent de constater que la campagne électorale n’a même pas encore commencé que les partisans de l’ancien président utilisent déjà l’arme de duperie. Ce qui révèle, a  priori, la peur bleue de certains partis politiques à affronter le verdict des urnes alors qu’il s’agit d’un processus irréversible.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.