Flash
Préc Suiv

Présidentielle: l’OIF valide le fichier électoral

Présidentielle: l’OIF valide le fichier électoral

Mission accomplie pour les experts internationaux de l’OIF. Après avoir effectué l’audit du fichier électoral, ces derniers l’ont jugé suffisamment fiable pour les élections de cette année. Un constat satisfaisant pour la Ceni qui dit avoir déployé tous les efforts avant de parvenir à cette liste électorale finale.

Le premier constat de l’audit mené par les experts dépêchés par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) a loué les efforts entrepris par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) dans l’élaboration de la liste électorale.

A ce titre,  le chef de la délégation des experts, le général Siaka Sangaré a noté hier à Nanisana «La mise en conformité du cadre juridique à la liste électorale». D’autre part, il a fait part du professionnalisme ainsi que l’engagement de la Ceni à renforcer la transparence de la liste électorale à travers sa mise en ligne.

Des anomalies ont toutefois été constatées, notamment la présence d’une trentaine de mineurs dans la liste mais également celle d’une douzaine de milliers d’inscriptions multiples. Ces anomalies restent cependant remédiables et ne représentent qu’au plus 0,5% de marge d’erreur relevées dont la plupart se sont produites lors de la saisie.

Pour Siaka Sangaré, «Le fichier électoral audité, nonobstant les légères anomalies relevées est suffisamment fiable pour permettre la tenue d’élections crédibles en 2018». Un constat qui devrait ainsi mettre fin aux diverses critiques de certains acteurs voulant repousser les échéances électorales.

Souci de transparence

«Nous n’avons aucune obligation de procéder à un audit du fichier électoral. Nous l’avons fait par souci de transparence», a souligné le président de l’organe électoral, Hery Rakotomanana. Cependant, les anomalies constatées ne sont pas une fatalité car des recommandations ont été émises par les experts. «Nous allons établir une liste rouge des doublons auprès des bureaux de vote pour qu’ils puissent recenser les noms qui reviennent», a-t-il fait savoir. Pour la Ceni, plusieurs efforts ont été déployés pour les opérations de dédoublonnage mais, «Les experts semblent avoir des techniques plus approfondies pour scruter la liste».

Pour les prochaines élections, Siaka Sangaré propose la mise en place d’un guichet unique pour le recensement des électeurs ainsi que le renforcement du contrôle de saisie au niveau des Centres informatiques des districts (CID).

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.