Flash
Préc Suiv

Tenue des élections: échec des manœuvres dilatoires

Tenue des élections: échec des manœuvres dilatoires

Les différentes manœuvres visant à saper le processus électoral n’ont pas réussi et les chemins vers des élections apaisées se dessinent.  Gare à ceux qui n’ont pas réussi à saisir le train en marche.

«Sur le processus électoral tel qu’il se présente actuellement, je tiens à exprimer mon soulagement sur le fait que les tentatives de plusieurs côtés d’entraver et de freiner les élections n’ont pas réussi. Les élections sont inclusives dans le bon sens du terme».  Ces mots sont d’Harald Gehrig, ambassadeur d’Allemagne, hier, lors de la cérémonie de signature de l’accord de financement entre son pays et le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) pour le fonds commun du projet Sacem.

A travers cette prise de position, le diplomate allemand exprime la volonté des partenaires internationaux d’aller de l’avant pour concrétiser les élections pour cette année. Et ce, contrairement à certains acteurs politiques qui sont, paradoxalement, à la fois candidats et contre la tenue des scrutins pour cette année, notamment l’ancien Chef de l’Etat Didier Ratsiraka ou encore Tabera Randriamanantsoa et consorts. D’autres ont d’ailleurs fait montre de réticence avant de finalement démissionner pour que le processus électoral suive son cours. «La Constitution a été respectée (…)», a renchéri le diplomate allemand à ce propos.

Attentifs

Quoi qu’il en soit, le fait que les partenaires internationaux restent attentifs  à ce processus constitue un bon signe pour l’avancement des travaux de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).  A ce titre, l’accord de financement signé hier s’élève à 500.000 euros. «Des élections réussies permettront qu’un développement économique inclusif au profit des couches les plus précaires puisse vraiment décoller, peut être pour la première fois en 60 ans», a fait savoir l’ambassadeur d’Allemagne. Pour sa part, le Représentant résident du Pnud, Violette Kakyomya, a souligné que, «Cette mobilisation est la preuve que toutes les parties prenantes doivent désormais concentrer leurs efforts sur la mobilisation des citoyens aux urnes et la promotion d’un climat de paix».

Pour rappel, en début septembre, la Corée du Sud a aussi officialisé sa participation au Fonds commun du Sacem à hauteur de 100.000 USD, «Pour l’organisation d’élections crédibles, transparentes, pacifiques et inclusives».  «La Corée croit fermement en la démocratie, et en ses valeurs essentielles. De ce point de vue, nous avons l’honneur de pouvoir contribuer à la réalisation du programme de soutien au Sacem, qui joue un rôle clé dans l’appui à la réussite de l’élection présidentielle malgache de 2018. Nous réaffirmons, à cette occasion, notre engagement à poursuivre notre soutien au projet Sacem, en vue d’atteindre l’objectif commun, qui consiste à faire en sorte que l’élection présidentielle malgache 2018 soit transparente, crédible et inclusive»,  avait affirmé l’ambassadeur de la République de Corée du Sud à Madagascar, Lim Sang-Woo, à cette occasion.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.