Flash
Préc Suiv

Rajoelina face aux étudiants en sciences po: Pari tenu

Rajoelina face aux étudiants en sciences po: Pari tenu

Pari tenu avec brio. En dépit des manigances politiques et autres accusations à l’encontre du fondateur de l’IEM, Andry Rajoelina, la conférence avec les étudiants en Sciences politiques de Paris s’est déroulée hier sans encombre.

Une rencontre qui a révélé une autre facette de l’ancien homme fort de la Transition, à savoir celle d’un homme aguerri et bien préparé à affronter les grands défis qui l’attendent. En effet, malgré les pressions sur les organisateurs de la rencontre avec certains étudiants en  Sciences Po de Paris, le fondateur de l’IEM n’a pas manqué son rendez-vous d’hier lors d’une conférence inaugurale de l’ «Association sciences Po Afrique» (ASPA) à l’amphithéâtre Émile Boutmy à Paris. Si les «déstabilisateurs» sont venus massivement, en changeant leur stratégie pour l’attaquer à travers des sujets sensibles, il a tenu à répondre à chacune de leurs questions avec pondération.

Débat

Les réactions à l’annonce de cette conférence inaugurale par les partisans d’un ancien président de la République, réunis au sein du GTT, n’ont d’ailleurs pas douché les organisateurs de ce rendez-vous. «Chers étudiants et diplômés de Sciences Po, (…). Notre décision de faire intervenir monsieur Andry Rajoelina obéit à la vocation de l’ASPA : s’intéresser à tous les pays d’Afrique (ici Madagascar) et à leur diaspora, à réfléchir sur toutes les problématiques présentant un enjeu pour le Continent et favoriser l’échange entre les étudiants et les divers acteurs, y compris les femmes et les hommes politiques», a fait savoir le président nouvellement élu de l’ASPA, Barkaï Hamid Barkaï, dans une lettre adressée à ses collègues. Et lui de plaider que, «Sa rencontre avec les étudiants, autour du thème de l’expérience démocratique, est justement l’occasion d’interpeller l’intervenant sur le sujet de votre choix et d’avoir un débat contradictoire».

En effet, d’autres hommes politiques en exercice ou non ont été invités par cette association, à l’instar d’Abdoulaye Wade du Sénégal, Adama Barrow de Gambie ou encore Etienne Massard Kabinda. En tout cas, cette conférence a ravi les étudiants en Sciences Po qui ont participé activement à la rencontre. «Quel honneur pour le peuple malagasy d’avoir un de ses fils, un de ses dirigeants politiques, un de ses prétendants à la magistrature suprême, invité à Sciences politique de Paris. Démocrate comme il est, Andry Rajoelina a répondu aux questions des journalistes, des questions non censurées par l’assistance», a par exemple réagi un internaute. Selon lui, ce rendez-vous était une occasion pour tous ceux qui ne soutiennent pas Andry Rajoelina de venir échanger avec lui. «Une confrontation d’idées mais non de personnes. C’est l’objectif de l’organisateur et surtout la raison d’être de cette école Sciences Po Paris», a-t-il alors plaidé avant la rencontre proprement dite.

Plaidoyer pour la démocratie

«Je suis un citoyen. Tout citoyen est légitime de parler de la démocratie. J’ai été élu maire de la capitale». Ces quelques mots sont de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, hier. Lors d’un débat très animé, le fondateur de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM) a tenu à répondre à toute les questions des intervenants, sur sa participation à la présidentielle, sur le bilan des années de la Transition ou encore concernant les projets de l’IEM.

Face aux des questions des étudiants sur le thème de la démocratie, l’ancien homme fort du pays ne s’est pas défilé. Selon lui, il est plus qu’urgent d’évoquer le sujet à l’heure actuelle au moment où Madagascar s’apprête à concrétiser le premier tour de la présidentielle du 7 novembre.  Sur ce point, il a d’ailleurs fait savoir que l’IEM participera à l’épreuve des urnes. «J’ai pris du recul, je me suis préparé et je suis prêt», a fait savoir Andry Rajoelina qui est resté calme, malgré les initiatives visant à le déstabiliser à travers des questions-pièges.  Et lui d’ajouter, «Je souhaite que Madagascar se relève».

Rakoto

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique