Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Les arcanes de la maison O’Swald (1)

Tout le monde sait ici que Guillaume avait décoré de l’aigle noir de Prusse son consul à Tamatave, mais personne n’en connaissait les motifs, bien qu’une feuille locale ait dit vaguement que c’était pour des services rendus à son pays. Elle aurait dû préciser lesquels.

Les prédécesseurs de M. Oehlerking avaient sans doute envoyé à leur gouvernement des rapports sur notre colonie, mais tous réunis ne valaient certainement pas comme détails et comme prévisions celui qui lui fut envoyé en 1912. Ce fut donc celui-là qui valut à son rédacteur la récompense ci-dessus.

Il est certain que M. Oehlerking n’a pas été seul à faire ce rapport ; il peut se faire même qu’il n’y ait eu qu’une part infime.

Ce document avait en effet l’ampleur d’un volume et devait être certainement une œuvre collective. Mais il était signé du Consul.

Naturellement, un rapport pareil ne pouvait être confié à la poste où il aurait paru suspect. Il fut remis à un officier du Zanzibar qui se chargea de la transmettre à son gouvernement.

Malgré toutes ces précautions, ce document a réussi par tomber entre les mains d’une personne étrangère mais qui connaissait assez d’allemand pour qu’elle pût se rendre compte de son contenu. Comment la chose s’est-elle passée ? Le respect de la parole donnée ne nous autorise pas de le divulguer.

C’est cette même personne qui nous en a donné connaissance.

Il se divisait en 4 parties et était accompagné d’une grande quantité de photographies reproduisant des plantations, des monuments, des vues diverses, et surtout des points stratégiques. Les plus nombreuses étaient celles qui se rapportaient aux ports de Diégo-Suarez et de Tamatave.

En voici le résumé tel qu’il nous a été donné.

La première partie de ce rapport qui était très bien ordonné concernait le commerce de Tamatave et de Madagascar en général. Elle faisait connaître l’accaparement des produits par les Chinois et les Indiens sur la côte Est et donnait la liste des divers commerçants de notre ville avec un long commentaire sur chacun d’eux. Les Allemands admiraient la méthode commerciale des Indiens, Chinois et Grecs et attribuaient leur réussite à la patience et à la ténacité innées de leur caractère qui les poussaient à édifier sou par sou une petite fortune.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.