Flash
Préc Suiv

Relaxée dans une affaire de favoritisme: Claudine R. reste en détention préventive

Relaxée dans une affaire de favoritisme: Claudine R. reste en détention préventive

Claudine Razaimamonjy, femme d’affaires et proche de l’ancien couple présidentiel,  revient sur le devant de la scène médiatique. Elle vient d’être relaxée dans une affaire de favoritisme dans l’attribution d’un marché public.

Coïncidence ou pas.  C’est dans un contexte de «flottement» politique que l’épisode Claudine Razaimamonjy refait surface. En effet, selon les informations qui ont circulé hier soir, confirmées par les médias publics, la patronne de l’hôtel A&C a bénéficié d’une relaxe  à l’issue d’une audience qui s’est tenue dans les locaux du Pôle anticorruption (PAC) pour Antananarivo sis aux 67 Ha.

Selon des sources concordantes, il s’agit d’une affaire de favoritisme dans l’attribution de marchés publics ainsi que de détournement et recel de deniers publics et ce, dans le cadre de la construction d’un lycée technique dans la commune d’Ambalavao. Plusieurs responsables, notamment issus du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle ont été impliqués dans cette affaire. C’est donc seulement pour cette affaire que cette proche de l’ancien couple présidentiel a pu obtenir gain de cause car d’autres affaires restent encore en suspens.

Multiples accusations

Les enquêtes menées auprès du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) ont permis de traiter plusieurs dossiers impliquant cette hôtelière. Ces dossiers concernent notamment des constructions de bâtiments publics, principalement dans des localités de la région Haute-Matsiatra. Ce qui implique d’ailleurs des responsables auprès du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation du temps de l’ancien Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana. Du favoritisme au détournement et recel de deniers publics  en passant par les abus de fonction. Tels sont les accusations portées à l’encontre de Claudine Razaimamonjy.

La plus médiatisée concerne le détournement de deniers publics à hauteur de plus de 350 millions d’ariary à titre de subventions allouées à la commune d’Ambohimahamasina. Pour rappel, c’est par rapport à cette affaire qu’elle a été arrêtée en avril 2017. Quatre personnes ont été également arrêtées dans cette affaire, dont le maire de la commune lui-même et un responsable auprès du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation. Claudine a été admise à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona après un malaise, puis évacuée à l’Île Maurice et après un bref «passage» à Antanimora, elle a été transférée à la prison de Manjakandriana. Et c’est encore le cas jusqu’ici, du moins officiellement.

Toujours est-il que son cas continue d’intriguer car les affaires concernant l’opératrice économique reviennent sur le devant de la scène au moment où le Chef de l’Etat par intérim est en train de prendre ses marques. Il faut noter que cette personnalité était responsable du  financement du parti présidentiel.

Rakoto

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique