Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

La fête militaire (1)

Soirée charmante et pleinement réussie. Le local décoré avec un goût exquis suffisait à peine à contenir les assistants, parmi lesquels : M. le Gouverneur Général et Mme Merlin, M. et Mme Hesling, les autorités civiles, militaires et tout ce que Tamatave compte d’élégant et de distingué avaient tenu à s’y rendre pour apporter son obole aux troupes combattantes malgaches, en faveur de qui était donnée cette fête.

La vente des programmes était faite par de gracieuses jeunes filles, Mlles de Gironde et Clarke.

À l’entrée de la cour aménagée en grande salle se tenait le Commandant Muller pour recevoir les invités.

À ses côtés, Mme Muller les accueillait tous avec une parole aimable pour chacun, et aussi avec cette grâce, cette distinction et tout à la fois cette manière affable que tous ont pu apprécier.

Après la Marseillaise jouée par la fanfare, la représentation débutait par la belle poésie Hardi les Gars, que M. de Bize vint déclamer avec un réel talent.

Mlle Bénézis, une mignonne fillette, récita fort bien Daudolo (poésie de Legouvé).

M. Tréal fut également très bien dans Pauvres amoureux.

Chanson d’actualité, que M. Mathiaux avait composée pour la circonstance, fut très goûtée du public.

M. de Bize nous fit encore apprécier son talent dans la poésie sentimentale Sur les bords de la Tamise.

Mme Paule de Gironde obtint un plein succès dans La Bataille, poème dont elle sut par son impeccable diction faire ressortir toute la beauté. Elle fut également applaudie en disant avec beaucoup de goût, de distinction et de naturel le spirituel monologue Oh ! Monsieur !

Vint ensuite une pièce malgache très originale et fort goûtée des indigènes.

Pendant l’entracte eurent lieu des chants et des danses exécutés par les tirailleurs et leurs femmes.

La quête au profit des troupes combattantes malgaches fut faite par les toutes charmantes Demoiselles de Gironde.

La deuxième partie commençait par Samson et Dalila, exécuté par la fanfare.

M.Vierne a montré son talent dans le comique monologue Mon Toine !

La passe à l’épée entre MM. Trabaud et de Bize a captivé l’attention de tous les assistants.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique