Flash
Préc Suiv

Projet SACEM: la Corée du Sud injecte 100.000 dollars

Projet SACEM: la Corée du Sud injecte 100.000 dollars

L’appel lancé pour le projet Soutien au cycle électoral de Madagascar (Sacem) a fait écho. Hier, ce fut le tour de la Corée du Sud d’apporter sa contribution.

«La Corée croit fermement en la démocratie et en ses valeurs essentielles. De ce point de vue, nous avons l’honneur de pouvoir contribuer à la réalisation du projet Sacem, qui joue un rôle clé dans l’appui à la réussite de l’élection présidentielle malgache de 2018. Nous réaffirmons, à cette occasion, notre engagement à poursuivre notre soutien au projet Sacem, en vue d’atteindre l’objectif commun, qui consiste à faire en sorte que l’élection présidentielle malgache 2018 soit transparente, crédible et inclusive». Une déclaration de l’ambassadeur de la République de Corée du Sud, Lim Sang-Woo, lors de la cérémonie de signature d’un accord de financement relatif à ce projet, dans les locaux de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), hier, à Nanisana. La Corée du Sud contribuera ainsi au Sacem à hauteur de 100.000 dollars.

La représentante résidente du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), Violette Kakyomia, a remercié l’ambassadeur de la Corée du Sud pour sa contribution qui «est un signe de l’engagement du pays auprès des institutions du pays, des Nations unies et de la communauté internationale pour que le processus électoral 2018 soit un succès et que la gouvernance du pays soit en sorte renforcée».

Selon elle, cette participation permettra d’appuyer la Commission électorale dans la consolidation des bases substantielles pour l’organisation à bonne date d’une élection crédible. Cette reconnaissance a été consolidée par le président de la Ceni Hery Rakotomanana.

Huit contributeurs

A part la Corée du Sud, l’Union européenne, l’USAID, la Norvège, l’Allemagne, la France, la Suisse et l’Australie ont également contribué à ce projet.

Le budget des activités au programme se chiffre à 12.834.865 dollars. Ledit projet s’articule autour de cinq composantes, dont l’amélioration de l’exhaustivité, de la fiabilité et de la sécurité du fichier électoral, le réaménagement du cadre légal et règlementaire en matière électorale, le déploiement d’une campagne de sensibilisation et d’éducation civique électorale, l’appui substantiel aux opérations électorales avec un focus sur la logistique (matériel sensible), la formation, la transmission des données, l’entretien et l’animation des cadres de concertation spécifiques, institués à la diligence et l’assistance technique et la gestion du projet de la Ceni.

Nadia

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique