Flash
Préc Suiv

Chronique: Et si l’œuf affrontait la pierre ?

Depuis Le henamaso, taureau à dompter, paru en 2011, le collectif Voankazoanala publie chaque année un petit livre qui propose une lecture de nos problèmes de société à la lumière des traits culturels et des pratiques des Malgaches. Ces livrets ne forment pas précisément un guide destiné à l’usage de l’étranger curieux des us des Malgaches d’aujourd’hui. Mais ils apportent des réponses aux questions que les Malgaches eux-mêmes laissent souvent en suspens. Ces livrets s’adressent aussi et surtout aux  nationaux qui – s’ils se demandent : « Comment en sommes-nous arrivés là ? » – cherchent dans leur culture des leviers pour sortir de la passivité et du fatalisme.

Après la jalousie, le consensus, la peur et le fihavanana, Voankazoanala s’intéresse à un phénomène que nous acceptons comme une gangrène incurable : l’impunité, prolongement inévitable de la corruption qu’on tolère parce qu’on n’ose pas la combattre. Lointain parent du « tsy maty manota », privilège accordé au mérite, l’impunité protège les intouchables qui peuvent se permettre de passer au-dessus des lois, par la pression, l’intimidation ou, l’une n’empêche pas les autres, moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. Elle « se nourrit de la résignation et du renoncement, voire du fatalisme de ceux qui pensent que le pouvoir rend intouchable et qu’il est aussi vain de le combattre que les titans. Atody tsy miady amam-bato – un œuf n’engage pas le combat avec une pierre ».

C’est dans les inégalités structurelles de notre système féodal qu’il faut chercher les racines de la culture de l’impunité. Elles ont pris des formes nouvelles pendant la période coloniale avec l’émergence d’une bourgeoisie administrative, inégalités que les républiques successives ont renouvelées et consolidées.

Aux grands maux les grands remèdes qui passent, nous le savons tous, par le rôle central de l’éducation et de l’information.

Kemba Ranavela

 

Voankazoanala, Vaincre l’impunité, Foi et justice.

Les commentaires sont fermées.