Flash
Préc Suiv

A armes égales

A armes égales

De belles batailles en perspective. On n’attend plus que le coup de gong avant le déclenchement des hostilités. Certains des 36 «guerriers» qui vont se mesurer dans l’arène ont déjà montré leur force depuis quelques temps. Une chose est sûre, rien n’est gagné d’avance. Chacun des candidats a ses points forts mais aussi  ses points faibles. Les adversaires vont assurément exploiter au maximum ces failles pour sortir vainqueur.

Dans ce combat sans merci, s’il est permis de le dire ainsi, les candidats vont déployer tous les moyens pour ravir la victoire finale. A la guerre comme à la guerre, certes, mais cela ne doit tout de même pas nous entraîner hors du cadre légal. Il se trouve en effet que certains prétendants ont recours à des «moyens non conventionnels», les crocs-en-jambe, les chausse-trappes, la désinformation, les coups-bas, afin d’arriver à leurs fins.

Alors que la campagne électorale n’a pas encore officiellement débuté, certains se livrent déjà à des manœuvres déloyales pour faire tomber leurs adversaires. D’autres sont allés jusqu’à se cacher derrière des organismes internationaux pour dénigrer les autres prétendants au titre. Aussi, personne n’est sans savoir que dans les élections, à Madagascar plus qu’ailleurs, le nerf de la guerre c’est l’argent. Sans nul doute, il aura des effets sur le choix des électeurs aux dépens des candidats qui n’en disposent pas assez.

On dira peut-être que c’est de bonne guerre et tous les moyens sont bons pour gagner, mais la Commission électorale nationale indépendante doit d’ores et déjà fixer les règles du jeu et mettre en place un cadre qui permettra aux divers partis de s’affronter à armes égales.

 

Mparany

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique