Flash
Préc Suiv

Marche régional: 22 entreprises mauriciennes en prospection

Les échanges entre Maurice et Madagascar renforcés. Les opérateurs mauriciens affirment leur intérêt à investir dans la Grande île.

En prospection. 22 entreprises mauriciennes ont tenu, durant deux jours, des rencontres BtoB avec des opérateurs malgaches, à la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA) à Antaninarenina. Beaucoup envisagent de s’implanter dans le pays si d’autres y sont déjà présentes et comptent renforcer leurs affaires.

D’après les explications apportées par Fidy Raharimanana du cabinet Harison, «Etant donné que Maurice est l’un des pays les plus prospères d’Afrique ces dernières années, ces opérateurs ont tenu à partager leurs expériences». Avant d’ajouter que «30% de ces entreprises mauriciennes détiennent déjà un bureau à Madagascar. Le reste  compte investir pour la première fois dans la Grande île».

Le textile et l’agroalimentaire se démarquent

Ces opérateurs interviennent dans des secteurs d’activités confondues. Le secteur du textile, qui fait la renommée de l’île Maurice et l’agroalimentaire se démarquent toutefois. D’après toujours les propos de Fidy Raharimanana, «Ces entrepreneurs déjà habitués à l’approvisionnement des grands marchés, comme ceux de l’Europe et des Etats-Unis, proposeront des produits de gamme intermédiaire sur le marché malgache».

Et de continuer, «L’appartenance des deux pays à plusieurs blocs économiques, notamment le Comesa, la Sadc ou encore la COI, permettra de faciliter les affaires entre opérateurs mauriciens et malgaches». Après Antananarivo, ces opérateurs rencontreront des entrepreneurs malgaches installés à Toamasina.

Pour rappel, une commission mixte a été mise en place en mai dernier pour consolider la relation bilatérale entre Madagascar et Maurice. A ce sujet, quatre accords de coopération ont été signés, à savoir dans le dommaine commercial, un mémorandum d’entente sur la coopération industrielle, un autre sur la coopération administrative mutuelle en matière douanière et un protocole d’accord culturel.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.