Flash
Préc Suiv

Investissement: le climat des affaires toujours fragile

Le climat des affaires à Madagascar reste fragile, en dépit d’une amélioration récente. Telle est la constatation du Fonds monétaires international (FMI) dans le dernier rapport suite à une étude menée par l’équipe de l’institution sur Madagascar, publié en juin dernier.

Une des contraintes du pays réside dans ses infrastructures, en particulier le réseau électrique, classé 133e sur 138 pays en matière d’Indice mondial de compétitivité (IMC). Par ailleurs, le réseau routier de la Grande île s’est fortement dégradé ces dernières années.

« L’essentiel de la circulation routière se concentre sur une route relativement bien entretenue reliant Antsirabe, Antananarivo et Toamasina et par laquelle transite la quasi-totalité du commerce international », note le FMI.

L’IMC soulève aussi un accès limité au financement, une corruption très présente, des droits de propriété insuffisants ainsi qu’une faiblesse généralisée des institutions, système judiciaire compris. En effet, il est évident que le manque d’infrastructures et le climat des affaires toujours fragile constituent les principaux obstacles à la croissance à Madagascar.

La Grande île a, toutefois, enregistré des performances pour inciter les investisseurs étranges à faire affaire dans le pays. Dans

le Doing Business 2018, le taux d’imposition total et le nombre de jours nécessaires pour constituer une entreprise se sont améliorés à Madagascar, qui sur ces points, occupe respectivement les 73e et 77e rangs à l’échelle mondiale.

Riana R.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique