Flash
Préc Suiv

Chronique: en ordre dispersé pour une bataille d’egos inégaux

Pour le bien du pays, tout le monde aurait souhaité durant la campagne électorale davantage qu’une guerre des egos, un concours de projets qui chacun proprement étudié, présenté de façon compréhensible pour tous, prête réflexion à chaque électeur. Certes les projets ne font pas défaut, mais nombreux déclinent des objectifs identiques, de simples poncifs puisés du guide du politicien bonimenteur, sans s’attarder de façon claire sur la logique de la démarche pour parvenir à l’eden annoncé.

Il n’est certes que naturel de se faire une idée surdimensionnée de son ego pour oser prétendre à cette fonction suprême dans la hiérarchie de l’État. A voir la situation dans laquelle se trouve le pays, avec des problèmes à s’en trouver décoiffer vers quel domaine que ce soit où l’on se tourne. Une personne normale ne pourrait que s’effrayer de la simple perspective à devoir tracer une voie pour apporter sinon solution au moins réponse à des causes que l’on inclinerait plutôt à penser perdues : candidates et candidats, si quelque part d’un certain point de vue on peut éprouver une admiration relative pour le courage dont vous faites preuve, souffrez que le plus grand nombre ne cherche pas à faire concurrence à tant de témérité. Ça arrange les candidats et heureusement encore qu’il n’y ait pas davantage d’egos sur-développés justifiés ou non. Une quarantaine de « grosses têtes », c’est plus qu’il n’en faut pour espérer faire une bonne pioche, sur quarante excellences il y en a sûrement une qui émerge du lot.

La population serait-elle pourtant blasée ? Jusqu’à ce jour on ne sent éclore un rêve en partage, tel dans d’autres pays à d’autres moments le rêve du « temps des cerises. Chat échaudé craint l’eau froide et ici les promesses mortes se ramassent à la pelle. Le peuple réclame le changement sans plus oser y croire, les désillusions successives ont fini par guérir de la naïveté, on sait les promesses sources de désenchantement normal si on suspecte tout projet comme un simple emballage pour envelopper une promesse de plus. Ceux qui ont étudié un projet à proposer, à leur tour sont déçus la mayonnaise ne prend pas, grande est alors la tentation de revenir aux vieilles recettes : ils veulent de l’ego ? on se trouve sur le même registre ! Ouie ! ouie ! ouie ! Ça va faire mal, il en est quelques-uns qui s’y croient mais qui sont loin d’en avoir la pointure.

Léo Raz

Les commentaires sont fermées.