Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

L’administration comble les colons de Madasgascar

On sait combien nos compatriotes de Madagascar se sont plaints de la monnaie aliky dont le moindre défaut était d’être facilement falsifiée par les indigènes.

Pour remédier à cet ennui, l’administration a pris une mesure radicale : les timbres-monnaie à l’effigie du chien vont être remplacés par des timbres-monnaie à l’effigie du bœuf.

Et si nos colons se plaignent encore, nous les prévenons que nous n’enregistrerons plus leurs doléances.

L’administration les a comblés.

Plantations de cocotiers

En raison des besoins croissants du monde entier en matières grasses, le gouvernement général de Madagascar se préoccupe de faciliter l’octroi des concessions de terrains reconnus – après expériences – favorables aux plantations de cocotiers.

Il est temps. Il y a dix ans, M. Francis Mury, alors à Madagascar, signalait au chef de cette colonie le très grand intérêt qu’il y aurait à étendre la culture du cocotier.

Il y a la manière

Il existe, dit-on, du côté d’Ambositra, dans la Grande Île, un administrateur qui prit possession de son poste dès les premiers jours de la « vie chère ».

Pour combattre le péril, cet homme avisé fit comme Gallieni qui, lui-même, s’était inspiré de la méthode d’Andrianampoinimerina.

Il a dit aux Fokonolona : Vous vous débrouillerez, mais je veux que vous approvisionniez le marché tous les jours… Vous m’entendez bien, je le veux.

Et la vie chère fut inconnue dans ce bienheureux district.

Cette mesure – élégante et pratique – devrait bien être appliquée dans certaines banlieues parisiennes, mais l’on préfère la réquisition et, quand celle-ci se montre, les vivres se cachent.

Quand M. Augagneur sévissait à Madagascar

Notre excellent confrère la Tribune de Madagascar constate que depuis dix ou douze ans, c’est-à-dire bien avant la guerre, la main-d’œuvre de la Grande Île a diminué graduellement en qualité ; en 1918, elle serait inférieure en rendement de

60 % à 1906.

Et notre confrère précise :

« Douze ans ! c’est-à-dire la fin du Galliénisme et l’avènement de l’Augagneurisme… pas de commentaires, n’est-ce pas ?

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique