Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

M. Hesling

Le Directeur des Affaires civiles part pour France par le prochain courrier. M. Hesling n’a pas quitté Madagascar depuis 1895.

Le Tamatave se fait l’écho de la population entière de cette ville pour lui souhaiter un bon voyage et lui exprimer les très vifs regrets que provoque son départ définitif de la Colonie.

Car notre ville a eu la bonne fortune de posséder M. Hesling comme Administrateur-Maire, et elle en a conservé le souvenir d’un fonctionnaire modèle, absolument à la hauteur de sa tâche.

Du reste, c’est la réputation que M. Hesling a laissée partout où il est passé, et naturellement les colons ne peuvent oublier l’aménité de ses relations, ses hautes connaissances, la rectitude de ses décisions, et surtout le dévouement qu’il apportait toujours aux intérêts des colons.

Depuis six ans Directeur des Affaires civiles, M. Hesling a droit au grade de Gouverneur attribué déjà à plusieurs collègues. Il est licencié en sciences, licencié en droit, il possède le certificat d’études de droit musulman.

Son avancement ne serait en somme que la juste récompense des services rendus et à ses chefs et à la Colonie.

Espérons donc qu’un jour nous le verrons diriger les destinées de Madagascar.

Le bureau de la presse

M. Schrameck a décidé la création d’un bureau de la presse au Gouvernement Général.

C’est M. Vergely, administrateur en chef des Colonies, qui est chargé de la direction de ce service.

Et à Tamatave, y aura-t-il aussi un bureau de la presse ?

Carnet rose

Mme Maury, femme du sympathique Directeur de la Voirie de notre ville, vient de mettre heureusement au monde un superbe garçon qui répondra au nom d’André Paul.

Nos félicitations aux heureux parents, et nos vœux de bonheur au futur défenseur de la Patrie.

Le Tamatave

M. Merlin quitte l’administration coloniale

On n’avait pas tort de croire que M. Angoulvant resterait gouverneur général de l’A. O. F. En effet, le titulaire de ce poste, M. Martial Merlin, sera selon toute vraisemblance nommé ministre plénipotentiaire et ira à Addis-Abeba comme envoyé extraordinaire de la République française.

Le monde colonial, où M. Martial Merlin ne compte que des sympathies, accueillera avec satisfaction sa nomination tout en regrettant son départ.

 

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.