Flash
Préc Suiv

Faillite

Faillite

Jusqu’ici, cinq anciens membres de l’Exécutif sous la Quatrième République, dont deux anciens Premiers ministres et  trois anciens ministres, sont prétendants à la magistrature suprême.  Voilà qui résume bien l’un des principaux maux  dont  souffre le régime actuel, à savoir l’absence de cohérence et de vision dans les actions. C’est que, depuis presque cinq ans, c’est chacun pour soi. A défaut d’un leader qui rassemble des personnalités autour de lui à travers un objectif commun, le régime a choisi d’ « acheter » le camp d’en face pour le soutenir.

C’est le cas depuis que des députés  à l’Assemblée nationale ont été sollicités à former un nouveau groupement parlementaire autre que celui qui les a élus. Et ce, conformément au mandat impératif inscrit dans la Constitution.  Plus encore, sans tenir compte des véritables forces vives du pays, les changements successifs de gouvernement depuis 2014 se sont effectués à partir du clientélisme. A cela s’ajoute que, ces temps-ci,  d’autres figures du parti présidentiel qui, éjectés de leur siège, se sont fait oubliés. Tandis que d’autres ont déjà choisi leur camp quelque part. Au final, le pays a donc perdu cinq années de plus à cause de tergiversations, de tâtonnements et l’absence de poigne de la part de ses dirigeants.

Ceci étant, comment pourrait-on encore donner du crédit à des dirigeants qui, durant cinq années, avec la bénédiction des partenaires internationaux, n’ont pas réussi à développer le pays ? Une question rhétorique en quelque sorte. Car, vu la situation actuelle et les résultats tant sur le plan économique que social, il est navrant de constater que le régime peut encore se targuer d’avoir réduit la pauvreté. Ce qui est peut-être le cas des proches du pouvoir mais pas pour la majorité des citoyens. Loin de là.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.