Flash
Préc Suiv

Lutte contre la corruption: le grand défi de Rajoelina

Lutte contre la corruption: le grand défi de Rajoelina

Après Arivonimamo, au tour de la commune d’Analavory, dans le district de Miarinarivo, de recevoir la visite du président fondateur de « l’ Initiative pour l’Emergence de Madagascar » (IEM), Andry Rajoelina, hier. Une rencontre tant attendue par la population qui vit dans la pauvreté.

Le terrain des sœurs d’ Analavory semblait trop exigu pour contenir la population venue en masse pour rencontrer le président de l’IEM, Andry Rajoelina. Certaines personnes ont même marché durant des heures afin d’assister à ce meeting qui, selon les discours des représentants locaux, seront les prémices d’une réelle collaboration entre le leader de l’IEM et les habitants. Croyant dur comme fer que l’IEM est la solution à leurs problèmes, ces derniers ont remis à l’ancien président de la Transition la Clé de la commune.

«C’est pour l’intérêt supérieur de la Nation si je ne me suis pas présenté à l’élection de 2013. On a donné la Clé à une autre personne et voyez le résultat. Madagascar figure parmi les pays les plus pauvres de la planète. Même si on était dans un stade de nécessité lors de la Transition, le pays n’a jamais été dans une situation pareille. Par exemple, le salaire des fonctionnaires a augmenté de 10% chaque année, et j’ai fait en sorte de diminuer de 10% le coût de l’électricité et de l’eau. Avec l’IEM que j’ai élaboré durant quatre années et demie, en se basant sur les réalités de notre pays, je peux vous assurer que nous allons arriver à développer enfin Madagascar. Je me présente comme sauveur de ce pays, mais j’ai besoin de vous pour m’assister et me soutenir pour y parvenir», a-t-il précisé.

Le fondateur de l’IEM a également appuyé l’indispensabilité de lutter contre la corruption, en l’ occurrence, au sein de l’Armée et de l’Administration. «Nous allons demander aux forces de l’ordre corrompues de rendre leurs tenues. Nous doterons de matériels modernes les forces de l’ordre. Je me dresserai contre la pratique de la corruption. Je n’admettrai plus que les concours administratifs soient teintés de cette pratique. La transparence sera de mise. Nous allons instaurer la discipline dans tout Madagascar lorsque nous serons au pouvoir», a-t-il conclu.

Une solution pas un problème

Ayant laissé la parole aux femmes, aux jeunes, aux hommes, l’ancien président de la Transition a porté une oreille attentive à leur desiderata. Parmi leurs aspirations, les orateurs ont insisté sur la vétusté des routes empêchant ainsi la sortie des produits locaux.

«J’ai entendu vos craintes et vos souhaits. Je suis ici pour apporter des solutions à vos problèmes. Je ne peux accepter que cette  localité n’ait pas encore accès à l’eau potable. J’ai pu constater par moi-même l’état des routes, des barrages et même des écoles. Je ne peux admettre que cette commune riche soit encore à ce stade. C’est pour cela que j’ai élaboré l’IEM, en vue de porter des issues concrètes aux freins de développement de cette localité», a-t-il conclu.

 

Rakoto

Les commentaires sont fermées.