Flash
Préc Suiv

CENI-OIF: audit du fichier électroral

CENI-OIF: audit du fichier électroral

Plusieurs points au niveau des préparatifs techniques des élections font encore l’objet d’inquiétudes. C’est le cas de la liste électorale qui constitue en quelque sorte la clé de voute du processus. Dans cette optique, la Ceni a fait appel à des experts lors de la présentation du chronogramme de la présidentielle, hier à Nanisana.

Une opération visant à rassurer la tenue d’élections apaisées. Sous cet angle, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a sollicité un audit de la liste électorale par des experts internationaux, au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

A entendre les responsables au niveau de la Ceni,  «Ces experts, issus de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) seront dans nos murs le 20 août prochain». Ils pourront ainsi accompagner la Ceni dans l’amélioration de la liste électorale.  Les experts travailleront en tout cas en collaboration avec des représentants des partis politiques, de l’opposition ou encore de la société civile. Ils seront  présents pour une durée de dix jours.

A ce sujet, à l’issue d’un vote, Yolande Razanakoto (E-Miahy) et Fabien Privat Miadana (ONG Tolotsoa) sont élus représentants de la société civile  au sein du comité d’observation des opérations.

L’une des préoccupations des citoyens et des acteurs politiques au niveau de la liste électorale concerne les doublons (4 000), mais aussi l’existence des personnes en âge de voter non inscrites, après l’arrêtage de la liste électorale.

Les responsables au niveau de la Ceni, joint au téléphone hier, a toutefois indiqué qu’à moins d’une ordonnance,  il n’est plus possible de rouvrir la liste électorale. De plus, alors que le dépôt des candidatures à la magistrature suprême est déjà ouvert. Il est ainsi peu probable qu’une telle initiative soit prise.

Liste électorale fiable

Pour rappel, le dernier nombre sorti par la Ceni après l’arrêtage officiel de la liste électorale est de 9.903.913 électeurs. Ceux qui n’y sont pas inscrits devront attendre car l’article 33 de la loi organique relative au régime général des élections et au referendum  stipule effet que la révision annuelle de la liste électorale intervient du 1er décembre au 15 mai de chaque année.

Tout comme l’organe en charge des élections, le Premier ministre Christian Ntsay se mobilise aussi. Comme c’était le cas lors de son déplacement à Toamasina, en juillet dernier, où il a pu visiter le bureau régional de la Ceni pour constater  l’avancement des travaux de préparation des élections. Le Premier ministre s’est dit alors conscient des inquiétudes émanant de certains partis politiques et une partie de la société civile concernant la fiabilité de la liste électorale. Il avait mis en garde contre toute éventualité de manœuvres frauduleuses ou des problèmes d’organisation lors de la distribution des nouvelles cartes électorales.

Rakoto

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique