Flash
Préc Suiv

Refondation par les urnes

Refondation par les urnes

Le nouvel échiquier politique, de standard international en matière d’alternance démocratique et d’inclusivité à la présidentielle a maintenant le vent en poupe au pays. Les pièces du puzzle commencent à se mettre en place. Lentement et assurément, la machine électorale est en marche. Les scrutins au sens propre prennent forme et annoncent déjà de quoi sera fait l’avenir de Madagascar.

Le rendez-vous, le vrai est déjà pris pour le 7 novembre, aux urnes. Et si aucun des candidats ne sort du lot d’entrée, tant mieux, va pour le deuxième tour et qu’on tourne une bonne fois pour toute la page de ces plusieurs années de vaines attentes de ce fameux développement.

Le chapitre que le régime HVM voulait écrire à sa manière, contrairement à la tournure actuelle des péripéties, fait déjà partie d’ouvrage de Pénélope. Même pour les sceptiques et les anti-élections, toujours au motif bien politique, il faut se rendre à l’évidence et d’arrêter de cultiver le paradoxe. Miser encore sur l’idée de reporter le plus loin possible la présidentielle, autant dire que c’est aller à l’encontre des aspirations populaires et même aux «bonnes mœurs », au profit d’un égo politique à ne plus dévoiler.

L’une des plus belles manières d’être redevable envers le peuple assoiffé de changement est d’organiser une élection démocratique et d’accepter le verdict des urnes. Sans conteste, après ces quatre années de paupérisation, des pratiques politiques malsaines et de recrudescence de la corruption en haut lieu, Madagascar a besoin d’une refondation urgente, mais par le biais d’une élection.

A vrai dire, les Malgaches ont du mal à se faire à l’idée que ce sont toujours les politiques désignés, nommés et conscients de ne récolter que des miettes aux urnes, qui prétendent maintenant appliquer la refondation au pays. Utiliser des subterfuges pour éviter le jugement dernier, par la voix des urnes n’est pas l’état d’esprit d’un refondateur. Organiser une élection acceptée par tous constitue la grande première étape d’une refondation.

JR.

Les commentaires sont fermées.